En ce moment
 
 

Michel a payé 4.700€ pour un beau voyage en Turquie le 2 juillet: "Angoissés, nous ne savons toujours rien"

Michel a payé 4.700€ pour un beau voyage en Turquie le 2 juillet:
 
CORONAVIRUS
 

Si la Turquie ouvre grand ses bras pour accueillir les touristes étrangers depuis le 11 juin, l'Europe n'a pas encore décidé si elle allait les autoriser à y aller. Du côté Belge, on attend "une décision concertée". Elle pourrait arriver... le 1er juillet.

[MISE A JOUR JEUDI 18 JUIN]

Corendon a décidé d’annuler tout les voyages en Turquie jusqu’au 3 juillet. Michel recevra finalement un voucher, il a été contacté par l'agence.

L'épidémie de coronavirus a engendré une situation chaotique dans le monde à bien des niveaux. Si le retour à la normale est progressif, certains secteurs continuent de souffrir de l'incertitude. C'est le cas du tourisme. Car en dehors de l'Europe, rien n'est acquis pour l'instant.

Et ça crispe de nombreux Belges. "Nous partons le 2 juillet en Turquie et nous ne savons toujours rien. Corendon, l'agence de voyage, a annulé ses voyages jusqu'au 1er juillet inclus !", nous a écrit Michel via le bouton orange Alertez-nous.

Rien n'est simple, vous allez voir.

Un voyage en famille de deux semaines: 4.700€

Michel a 52 ans et habite Liège. "Au mois de novembre 2019, on a réservé deux semaines de vacances, en 'all in' à Alanya, en Turquie. On doit y aller à 5, avec ma femme, mon fils, un cousin et sa fille. On part en avion de Maastricht le 2 juillet. Le voyage revient à 4.700€", nous a-t-il expliqué.

Un très beau voyage, donc, dont tout le monde rêve depuis des mois. "On a payé l'acompte, forcément, à l'époque, de 1.400€". Il reste donc le solde à payer, de 3.300€, et Michel "est angoissé", car l'échéance approche.

Mon argent ne serait pas vraiment perdu, mais moi j'en aurais quand même besoin pour pouvoir les passer ici, mes vacances

"Je dois payer le solde jeudi, et je ne sais pas quoi faire"

Vu les circonstances liées à l'épidémie, notre témoin liégeois se pose beaucoup de questions. "On n'est plus vraiment très chaud", avoue Michel, qui se demande à quoi vont ressembler les plages, les visites, l'hôtel et les restaurants, et si les mesures sanitaires seront bien respectées. "Mais bon, soit, si on part, on part. De toute façon les frais d'annulation sont énormes".

L'autre souci, c'est que "on nous demande de payer le solde jeudi, à deux semaines du départ". Alors que l'Europe interdit toujours, actuellement, de laisser ses citoyens quitter les frontières de l'espace Schenghen (voir plus bas). "On ne sait donc toujours pas si on pourra partir".

Michel n'a pas très envie de payer le solde de 3.300€. "Si finalement ils doivent annuler le voyage, on aura un voucher, donc un bon pour réserver des vacances plus tard. Mon argent ne serait pas vraiment perdu, mais moi j'en aurais quand même besoin pour pouvoir les passer ici, mes vacances. Voire pour aller, par exemple, dans le nord de la France".

Actuellement, Michel attend, et espère qu'une décision tombe rapidement. Il ne compte pas payer le solde jeudi. "Je devrais être en train de préparer mes bagages, être heureux de partir, et là on est tous hyper angoissé". Son agence de voyage, avec laquelle il communique régulièrement, ne peut rien lui promettre, mais "elle a annulé tous les voyages hors Europe jusqu'au 1er juillet, donc un jour avant notre départ", ce qui ne rassure pas Michel. 


 Michel se rend souvent sur le site de l'agence de voyage, espérant des nouvelles (DR)

Les touristes européens "lâchés" le 1er juillet ?

On le disait en début d'article: la situation est assez complexe, car elle a deux faces. D'un côté, la Belgique doit autoriser ces citoyens à quitter le pays ; de l'autre, la Turquie doit autoriser des touristes européens à passer ses frontières.

"Les frontières de l'Union Européenne sont fermées depuis le mois de mars, et il y a des discussions en cours pour les rouvrir de manière progressive. Des réflexions sur les critères, sans épidémiologiques (donc en fonction de l'état de l'épidémie dans le pays de destination), doivent aboutir prochainement à des autorisations de quitter l'Europe selon le pays où on veut se rendre", nous a expliqué Arnaud Gaspart, porte-parole du SPF (Service Public Fédéral) Affaires étrangères.

La Belgique est pourtant souveraine pour autoriser ses citoyens à quitter le territoire. "Oui, c'est une compétence nationale, mais il y a des choses qui sont mises en commun pour les frontières de l'Europe". La Commission Européenne a rendu son avis il y a quelques jours, le 11 juin, mais ils concernent surtout l'autorisation des déplacements de ressortissants hors UE vers l'UE (voir les détails). Elle "recommande de prolonger jusqu'au 30 juin 2020 la restriction temporaire des déplacements non essentiels vers l'Union". Autrement dit, à partir du 1er juillet, des Turcs pourraient venir en Belgique ; il y aurait donc des vols de la Turquie vers la Belgique, et on peut le supposer, des vols de la Belgique vers la Turquie. Les vacances de Michel, notre témoin, seraient sauvées in extremis.  

"Cette initiative de la Commission fait actuellement l’objet de discussions au Conseil de l’UE en vue d’aboutir à une décision concertée, qui recueille l’assentiment de tous les Etats membres (y compris la Belgique)", rappelle cependant le porte-parole des Affaires étrangères. Son dernier conseil ? "La première source d'information pour les voyageurs, c'est le site des Affaires étrangères, avec les avis de voyage par pays qui sont mis à jour régulièrement" (voici celui pour la Turquie). 

Quant aux informations trouvées à droite et à gauche concernant certains pays, dont la France, qui autoriserait déjà les déplacements vers la Turquie, "ce sont sans doute des informations des ambassades sur place, liées aux mesures turques", qui sont bien différentes, vous allez le voir.

Et du côté turc ?

Effectivement, si l'Union "recommande", les Etats "discutent". En Turquie, c'est plus simple: "Le Gouvernement turc a décidé de lever toutes les restrictions concernant les voyages (air, terre et mer) de et vers la Turquie, pour tous les Turcs et les ressortissants étrangers, y compris les citoyens belges, depuis le 11 juin 2020", nous a répondu l'ambassade de Turquie à Bruxelles.

Il y a cependant des conditions: "Tous les Turcs et les ressortissants étrangers feront l'objet d'une vérification médicale à leur arrivée en Turquie. Les passagers qui présentent des symptômes seront testés gratuitement. Ceux qui sont testés positifs au covid-19 seront traités selon les procédures du Ministère turc de la Santé".

En revanche, l'ambassade confirme que "les citoyens belges ne sont pas encore autorisés à quitter l'Union européenne pour les voyages non-essentiels, comme le tourisme, et ce jusqu'à nouvel ordre". Vu les enjeux économiques pour les zones touristiques de Turquie, "nous continuons les négociations avec nos homologues belges pour nous assurer que les citoyens pourront bientôt voyager vers la Turquie sans restrictions".

Les agences de voyage font ce qu'elles peuvent

Et en effet, les enjeux sont importants. "La Turquie représente 1/3 de nos voyages hors Europe", explique Sarah Saucin, porte-parole de TUI Belgium. Les tour-opérateurs prennent donc des risques, malgré l'incertitude. "Effectivement, on attend une décision au niveau belge ou européen, mais on propose tout de même, déjà, des voyages en dehors de l'Europe pour juillet et août".

Très touché par les confinements à travers le monde, tout le secteur du tourisme fait donc ce qu'il peut pour reprendre ses activités. Il doit anticiper des réouvertures de frontières, un jeu d'équilibriste dont dépend en partie sa survie.

En attendant, notre témoin liégeois, Michel, se sent coincé, et déplore l'absence de décision au niveau européen. "Mais enfin, qu'est-ce qu'ils attendent ? Il y a beaucoup de gens qui ont des voyages prévus le 1er juillet, c'est dans moins de deux semaines et ils ne disent rien".

 




 

Vos commentaires