En ce moment
 
 

La soeur d'Arnaud, infirmière, s'est retrouvée sans masque: "Une équipe de choc" a été créée à Hensies

La soeur d'Arnaud, infirmière, s'est retrouvée sans masque:
(C)Facebook
 
CORONAVIRUS
 

Marjorie, 40 ans, de Thulin (commune de Hensies) est mère de 4 enfants. Elle a déclenché le bouton orange Alertez-nous  pour nous parler de la tournure assez inattendue qu’a pris le confinement pour elle. "A la base je suis accueillante extra-scolaire, mais comme les écoles sont fermées (NDLR: les cours sont suspendus mais les écoles restent ouvertes pour assurer la garde d'enfants dont les parents assurent des métiers essentiels dans la cadre de l'épidémie de coronavirus), je n’ai plus de travail. Je voulais me rendre utile pendant cette pandémie, j’ai découvert sur Facebook le groupe "Entraide Quiévrain Hensies" et je me suis portée volontaire dans cette chaîne de solidarité. Depuis plus d'un mois, je découpe des mètres et des mètres de tissus pour confectionner des masques. Je ne sais pas coudre, donc je ne les fabrique pas. Les pièces sont ensuite transportées chez 14 couturières bénévoles de la région", décrit la Thulinoise.

"Découpeuse, cela fait film d’horreur", plaisante Arnaud, 31 ans, qui récolte les centimètres carrés de tissus pour les amener à une couturière. "On a imaginé cette fonction pour celles qui ne savaient pas coudre mais voulaient nous aider. Ainsi, ces personnes facilitent grandement le boulot des couturières", décrit-il.

Si Arnaud a eu l’idée de créer le groupe "Entraide Quiévrain Hensies", c’était d’abord pour venir en aide à sa grande sœur Axelle, qui est infirmière à domicile. "Au tout début de la pandémie, elle s’est retrouvée sans masque pour faire ses visites. Il y avait rupture de stocks, et plusieurs personnes étaient dans le même cas que ma soeur, j'ai voulu y remédier avec l’aide de volontaires bénévoles."

Depuis le début de la pandémie, Arnaud et son meilleur ami Thomas multiplient donc les trajets en voiture pour faire les courses pour les plus vulnérables, livrer des masques et désormais des biscuits confectionnés par une pâtissière qui a rallié le groupe et qui souhaite, elle aussi apporter un peu de réconfort aux personnes de sa région.

Selon leurs dires, 4.000 masques auraient déjà été confectionnés et distribués gratuitement à Quiévrain et Hensies.

"Ces deux jeunes hommes dynamiques forment vraiment une équipe de choc", salue Marjorie, impressionnée par leur dynamisme.

L'ironie de ce confinement, c'est que Marjorie, grâce à ce groupe, a rencontré "virtuellement" plus d'habitants de sa commune qu'elle n'en a jamais eu l'occasion. "Et à la fin de la pandémie, pour fêter cela, on organisera un grand barbecue, où l'on se rencontrera tous vraiment", se met-elle à rêver.


 

 




 

Vos commentaires