En ce moment
 
 

Ibtissem doit partir en Turquie en juillet, elle est en plein doute: "Je ne peux ni annuler, ni prévoir autre chose"

Ibtissem doit partir en Turquie en juillet, elle est en plein doute:
 
CORONAVIRUS
 

Compagnie aérienne, organisateur de voyage, aéroport: tout ce petit monde est pendu aux décisions prises par certains pays ou certaines régions. Ceux-ci déconfinement pour l'instant au compte-goutte, et tant qu'il n'y a pas d'annonce claire de l'Europe, c'est le flou total. Exemple: la Turquie, prisée des touristes belges.

S'il y a un secteur particulièrement touché par l'épidémie de coronavirus, c'est celui du tourisme et des voyages en avion. De nombreux pays à travers le monde, y compris la Belgique, sont en phase de déconfinement. Certaines régions du globe n'ont jamais été vraiment confinées, d'autres le sont encore pour quelques semaines.

Résultat: de nombreux Belges se demandent ce qui va advenir de leurs vacances d'été. Et la situation est d'autant plus confuse si ces vacances nécessitaient un voyage en avion en dehors de l'Europe. Raison pour laquelle Ibtissem a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous. "Je me demande quand on aura une réponse claire pour voyager vers les pays hors espace Schengen", nous a écrit cette mère de famille bruxelloise de 32 ans.  

Hélas, obtenir une réponse claire n'a rien d'évident…

Un voyage organisé par TUI

"Au début de l'année, j'ai réservé un voyage pour notre famille via Tui. Un voyage organisé à Antalya, avec des activités", départ: fin juillet. De belles vacances en perspective pour Ibtissem, son mari et leurs deux enfants.

Entretemps, un virus a bouleversé le monde entier, et la plupart des pays ont fermé leurs frontières, que ce soit pour sortir ou entrer, afin d'en limiter la propagation. En Europe, rapidement et fortement touchée, l'étau se desserre progressivement sur les citoyens, mais le retour à la normale au niveau des voyages n'est pas encore acté.

Dès lors, Ibtissem, qui compte passer ses vacances en dehors de l'Europe, se pose beaucoup de questions. "J'ai déjà appelé Tui, mais ils n'ont pas plus d'informations que moi, ils sont dans le flou. Ils m'ont proposé d'annuler, mais je n'ose pas, je n'ai pas envie d'un voucher, ni de perdre de l'argent".

Actuellement, donc, elle attend, et elle n'a pas trop le choix. Mais elle perd patience: "Je ne peux ni annuler, ni prévoir autre chose", regrette-t-elle.

Il est temps de clarifier la situation (TUI)

Attendre…

Effectivement, comme d'innombrables citoyens, Ibtissem n'a pas d'autre choix que d'attendre. Même les Belges ayant réservé une maison dans le sud de la France ne sont pas encore certains de pouvoir s'y rendre (il y a cependant de grandes chances que les voyages intra-européens soient tolérés dans le courant du mois de juin).

Notre témoin a la nationalité belge. Elle est donc considérée comme une touriste européenne désirant se rendre en Turquie, et à l'heure actuelle, la situation est la suivante:

QUITTER LA BELGIQUE : Le 3 juin, Sophie Wilmès, notre Première ministre, a déclaré que "à partir du 15 juin, la Belgique rouvrira ses frontières vers et au départ de l’Union européenne" et que "les conditions relatives aux voyages hors Europe doivent encore être déterminées à la lumière de l’évolution des discussions au niveau européen". En clair: les Européens pourront bientôt aller dans d'autres pays d'Europe, mais ceux qui veulent quitter les limites de l'Union doivent attendre une décision.

ENTRER EN TURQUIE : L'ambassade de Turquie s'est montré assez peu bavarde. "Les discussions quant à la reprise des vols entre la Turquie et la Belgique sont en cours. Les autorités turques communiqueront à ce sujet dans les jours à venir", s'est-elle contenté de répondre. D'après les informations que nous avons pu rassembler, les frontières de la Turquie sont actuellement fermées à tous les étrangers.

Seuls les ressortissants turcs peuvent entrer dans le pays (ou ceux qui disposent d'un titre de séjour valide), ainsi que les chauffeurs routiers en déplacement professionnel.

Les vols intérieurs ont repris le 4 juin au niveau de Turkish Airlines, la principale compagnie aérienne du pays. Elle prévoit par ailleurs des vols internationaux à partir du 10 ou du 18 juin, la date n'est pas encore arrêtée. Ça laisse supposer que les frontières turques vont rouvrir pour les vacances: il est d'ailleurs déjà possible de réserver des vols Bruxelles – Antalya pour la fin du mois de juillet, nous l'avons essayé.

Notez cependant que Turkish Airlines a mis au point une nouvelle politique très flexible pour modifier des dates de voyage en cas de problème: c'est rassurant pour ceux qui réservent, mais ça signifie qu'elle n'est pas sûre à 100% de pouvoir honorer ces vols…

Vous le comprenez, on navigue à vue. Il est impossible de savoir à quelle date les vols commerciaux de la Belgique vers la Turquie vont reprendre. Tout ce qu'on sait, c'est que pour l'instant, tout est encore fermé des deux côtés.

TUI s'arrache les cheveux

Le tour opérateur TUI fait le même constat que nous, et doit certainement s'arracher les cheveux pour suivre l'actualité pays par pays, lire entre les lignes, déchiffrer l'avenir et tenter de relancer son activité.

Le porte-parole de l'entreprise se pose les mêmes questions qu'Ibtissem. Il se réjouit de la réouverture annoncée des frontières à l'intérieur de l'Europe: "Nous avions besoin d'une date et d'un plan concret", a déclaré Piet Demeyere, peu après l'annonce de Sophie Wilmès.

Mais  un tiers de l'offre du tour-opérateur concerne des pays en dehors de l'espace Schengen, comme la Turquie, mais aussi le Maroc et l'Égypte. Et là, comme nous le disions, c'est l'inconnue. "Il est également temps de clarifier la situation des pays qui ne font pas partie de l'espace Schengen", demande-t-il.

Les avions de TUI resteront au sol au moins jusqu'au 18 juin. "Le 19 juin est le premier jour où l'on peut voler à nouveau et nous travaillons actuellement sur un nouveau calendrier en tenant compte de la limitation de l'espace Schengen", a déclaré M. Demeyere.

Garantie d'échange toujours "assouplie"

Sur son site internet, TUI adopte la même position qu'Ibtissem: la patience… Elle indique ceci aux voyageurs devant partir après le 18 juin : "Puis-je partir ? Cela dépendra bien entendu de la situation à ce moment-là. Sur la base des informations dont nous disposons actuellement, votre voyage est encore maintenu. Nous suivons attentivement l'évolution de la situation et nous prendrons si nécessaire des mesures complémentaires et vous en informerons. Dès lors, nous vous conseillons d’attendre l’évolution de la situation. Vous pouvez profiter de notre garantie d’échange assouplie jusqu’au 31 août 2020 inclus et modifier votre réservation sans frais".

Lien utile: cette page du site du Ministère des Affaires étrangères donne des indications et conseils pour toutes les destinations. 

 




 

Vos commentaires