En ce moment
 
 

FAUX PROFILS de jeunes femmes: que fait Facebook contre ces escrocs?

Giuseppe subit souvent des tentatives de séduction venant de FAUX PROFILS: que fait Facebook contre ces escrocs?
 
Facebook
 

Assailli de demandes d'amitiés très suggestives (et donc suspectes), notre témoin de Beyne-Heusay se demande si le plus grand réseau social au monde n'est pas dépassé par son succès. Nous sommes parvenus à obtenir quelques réponses de Facebook.

La crise du coronavirus aurait augmenté le nombre d'arnaques en ligne. Les escrocs savent qu'une partie de la population passe depuis quelques mois plus de temps à domicile, et donc a priori sur les réseaux sociaux. Ce qui les pousse à multiplier les tentatives d'arnaque, les chiffres le prouvent.

Toute arnaque en ligne commence par une prise de contact. Et quoi de plus simple que de créer des faux comptes Facebook en se faisant passer pour une jeune personne séduisante à la recherche de relations sexuelles ?

D'après Giuseppe, qui a contacté la rédaction de RTL INFO via le bouton orange Alertez-nous, le phénomène est en recrudescence. "Je souhaite avertir la population, car je reçois quasiment tous les jours des invitations venant de faux comptes, avec comme photo de profil, une jeune fille dans une position suggestive, et comme message, une invitation racoleuse du genre 'aime le s.xe', etc", nous a-t-il expliqué.

Notre témoin de Beyne-Heusay (Liège) suit la procédure de base. "Je signale évidemment le profil comme faux compte et comme étant contre les standards de la communauté (la grand charte du bon comportement social sur Facebook)". Mais selon Giuseppe, ça ne suffit pas. Dans un message qui lui est adressé, "Facebook m'invite alors à bloquer le profil s'il ne me convient pas, mais ne prend aucune mesure de son côté car elle estime que le profil ne va pas à l'encontre de ces grands principes".

Il ajoute que "cela fait des mois que ça se passe, et ça commence vraiment à m'agacer ! Les escrocs ont-ils trouvé la parade pour continuer leurs méfaits ?".

Nos systèmes de détection nous permettent d'empêcher la création de millions de faux comptes tous les jours

Facebook lutte, mais il reste 130 millions de faux comptes actifs !

A chaque fois que nous traitons ce genre de sujet, nous contactons Facebook pour voir si ses procédures ont changé. Le plus grand réseau social au monde nous envoie généralement quelques réponses très formatées, mais on y trouve chaque fois quelques nouvelles informations.

Dans les derniers chiffres publiés, le réseau social, qui tente de jouer la transparence depuis l'affaire Cambridge Analytica (il met d'ailleurs à disposition un tas de données sur transparency.facebook.com), estime que 5% des utilisateurs sont des faux comptes actuellement. Fin 2019, Facebook comptait 2,6 milliards de comptes actifs, donc il y a 130 millions de faux comptes actifs ! Une belle armée d'escrocs…

Facebook précise qu'il a "pris des mesures" (supprimé, on imagine) par rapport à 1,7 milliard de publications liées à des faux comptes (début 2020) contre 583 millions début 2018 et 2,2 milliards début 2019. Il y a donc une solide augmentation, mais elle n'est pas propre à cette année.

"Nous améliorons sans cesse notre capacité à détecter et bloquer les tentatives de création de faux comptes. Nous estimons que nos systèmes de détection nous permettent d'empêcher la création de millions de faux comptes tous les jours", nous apprend Facebook.

Comment s'y prend Facebook ?

Le géant californien s'attaque désormais aux faux comptes avant même leur création. "Notre système de détection observe plusieurs signaux indiquant que des comptes sont créés en grand nombre d'un même endroit. Ensuite, par exemple, on bloque certains groupes d'adresses IP au même moment, pour les empêcher de continuer la création du compte".

Si le faux compte est créé malgré tout, il peut rapidement se faire éjecter par Facebook. "Dès qu'un compte est créé puis utilisé, on observe et on détecte les comportements suspects. On compare tous les signaux aux faux comptes repérés par le passé, et souvent endéans quelques minutes, on peut les bloquer".

Enfin, dernier rempart contre les escrocs, le signalement des autres utilisateurs. "Certains comptes peuvent passer à travers nos deux défenses évoquées, et être actifs sur la plateforme. Souvent, c'est parce qu'ils ne montrent pas clairement de signaux suspects dans un premier temps, donc on leur donne le bénéfice du doute. On identifie ces faux comptes par la suite si des utilisateurs nous les signale". Mais en réalité, les équipes de Mark Zuckerberg analyse en permanence les comportements. "On regarde par exemple comment le compte a été créé et comment il est utilisé, et le cas échéant, on détermine qu'il y a une grand probabilité qu'il soit un faux compte. Alors on le désactive".

Conclusion

Giuseppe a raison, il y a des tas (130 millions !) de faux comptes actifs sur Facebook, car certains parviennent à tromper la vigilance des systèmes de détection.

C'est le jeu du chat et de la souris: le plus grand réseau social au monde (2,6 milliards d'utilisateurs actifs) a toujours été victime de son succès, et il doit améliorer en permanence ses systèmes de détection et de signalement de faux comptes, pour s'adapter à la créativité des escrocs.

Et ça n'a rien d'évident: comment affirmer qu'un compte avec une photo "sexy" et un message disant "être à la recherche d'une relation" est forcément faux ? Facebook doit trouver l'équilibre entre la liberté d'expression et d'action sur sa plateforme et la détection des escrocs qui tentent d'arnaquer des utilisateurs. Il peut heureusement compter sur l'armée de développeurs et de modérateurs, qu'il peut s'offrir grâce aux revenus colossaux engendrés par les publicités (17,7 milliards de dollars sur les 3 premiers mois de l'année 2020, soit environ 7 dollars par utilisateurs,).

 




 

Vos commentaires