En ce moment
 
 

"De l'électroménager abandonné dans la nature, c'est scandaleux!": Daniel face à un dépôt clandestin à Arlon

 
CORONAVIRUS
 

Un habitant d'Arlon confie sa colère après avoir découvert des appareils électroménagers abandonnés dans les bois. Depuis le début des mesures pour éviter la propagation du Covid-19, beaucoup de communes constatent une hausse des dépôts clandestins.

"C’est scandaleux", lance Daniel via notre bouton orange Alertez-nous. Lors d’une promenade dans les bois vers Bonnert, un village de la commune d’Arlon, en province de Luxembourg, il est tombé sur un dépôt clandestin d’appareils électroménagers au milieu de la nature. "Un réfrigérateur, une machine à laver et autres appareils électriques", énumère-t-il. Pour dénoncer cet acte, Daniel a pris plusieurs photos.

Une hausse des dépôts clandestins depuis le début du confinement

Ce genre de décharge illégale est malheureusement plus fréquent en Wallonie depuis l’avènement de la surconsommation et du suremballage. Les déchets sauvages, comme les mégots de cigarette et les emballages de nourriture, sont aussi plus nombreux. Et la pandémie de coronavirus a empiré la situation. Près d’une commune sur deux (44%) a constaté une augmentation des dépôts clandestins depuis la mise en place mi-mars des mesures strictes dans le but d’enrayer la propagation du virus. C’est le résultat d’une étude menée par l’ASBL Be WaPP, pour une Wallonie Plus Propre et publiée le 10 avril dernier.

D’après l’association, parmi les déchets les plus fréquemment cités, il y a les encombrants, les ordures ménagères et les déchets verts. Les localisations les plus mentionnées sont les zones agricoles, les zones boisées et les points d’apport pour déchets tels que les bulles à verres et à textiles.

"L'électroménager n'est pas encore accepté dans les parcs à conteneurs"

A Arlon, la commune semble toutefois un peu plus épargnée que d’autres communes de la province de Luxembourg. "Avec Bastogne, nous sommes les deux communes-tests pour la collecte en porte-à-porte des sacs PMC (bouteilles, canettes, etc.) et des sacs papier. Et ce ramassage ne s’est pas arrêté. Par contre, dans les autres communes, les habitants doivent toujours aller déposer leurs sacs dans les parcs à conteneurs et, comme ils ont été fermés, cela a sans doute favorisé les dépôts et déchets sauvages", explique Anne Lamesch, échevine de la propreté à Arlon.

Depuis le 20 avril, les parcs à conteneurs (recyparcs) ont rouvert de manière partielle et progressive en Wallonie. Ce qui a certainement amélioré la situation. Mais certains déchets ne sont pas encore acceptés, c’est le cas des appareils électroménagers, en raison d’une manipulation complexe en cette période de crise sanitaire. "Les parcs à conteneurs ont rouvert dans notre commune mais c’est vrai que l’on ne peut pas encore déposer tout ce qui est électroménager. Cela explique sûrement ce dépôt clandestin dans les bois. Nous avons d’ailleurs reçu un signalement à ce sujet", indique l’échevine. "Heureusement, nous ne sommes pas submergés en ce moment par de tels délits", ajoute-t-elle.

Une amende de minimum 150 euros 

Daniel espère que les auteurs seront punis."Sur base des numéros de série, il y aura certainement possibilité de retracer ces voyous. Ce serait mon souhait le plus cher et surtout que la justice les condamne très sévèrement", confie-t-il.

Le montant de la sanction pour ce type de délit environnemental est de minimum 150 euros. Mais il faut évidemment trouver le.s auteur.s."En général, les agents constatateurs de la commune tentent de retrouver l’auteur du délit en fouillant par exemple dans une poubelle mal triée ou abandonnée. Pour pouvoir délivrer une amende, il faut pouvoir retracer le lien entre l’objet et la personne ou que ce soit du flagrant délit", explique Anne Lamesch.

"Dans ce cas précis, c’est fort compliqué. On ne peut pas demander à la police de prendre les empreintes sur les appareils. En cette période de Covid-19, les contrôles sont par ailleurs plus difficiles à réaliser au niveau sanitaire", ajoute l’échevine.

Anne Lamesch invite toutefois les citoyens à signaler la présence de tout dépôt clandestin pour pouvoir au moins venir nettoyer les lieux. "Cela permet à nos équipes d’aller les chercher. C’est ce que nous allons faire aves ces appareils électroménagers. Je prendrai contact avec les parcs à conteneurs pour les déposer là-bas. Nous n’avons pas le choix", souligne-t-elle.

Cette gestion des déchets reste évidemment très importante pour ne pas ajouter un enjeu environnemental à la crise sanitaire liée au Covid-19.

Vous avez des questions pratiques sur le coronavirus ou une mesure du (dé-)confinement? Vous pouvez :

-        Appeler le 0800/14.689

-        Consulter la page questions/réponses de Info-coronavirus.be

 




 

Vos commentaires