En ce moment
 
 

Des riverains se plaignent de scouts trop bruyants à Rochefort: "Ils chantent, boivent jusqu'aux petites heures"

 
 

Pendant les vacances, les camps scout sont maintenus à 50 maximum. Les derniers conseils de sécurité ont bien rappeler que rien ne changeait pour les mouvements de jeunesse. À Rochefort, ces camps provoquent des nuisances très importantes. Il y en a plus d'une centaine sur tout le territoire de la commune et certains habitants ont lancé une pétition.

Les prairies du Belvédère de Han-sur-Lesse comptent de nombreuses tentes et chapiteaux en ce mois de juillet. À côté de ces camps, il y a des riverains.

"Ce qu'on a remarqué, c'est qu'à côté des grands camps, il y a beaucoup de débordements. Jusqu' aux petites heures on chante, on boit. Il y a trop de sonorisation, trop de trafic la nuit. Les gens ne dorment plus, raconte Jacques Herman, représentant du collectif. Quand dans une rue en cul de sac, vous avez 6 camps et que ça défile toute la nuit à toutes les heures, ce n'est plus possible".

Une pétition lancée par un collectif

Cela fait maintenant des années que cet habitant se plaint de nuisance. Mais il dit ne jamais avoir jamais été écouté par la commune. Avec quinze autres habitants, il a donc lancé une pétition pour un règlement plus adapté pour les camps.

"On voudrait qu'un ensemble harmonieux se dégage, qu'une discussion maintenant s'ouvre et qu'on puisse mettre tout à plat et que les fermiers collaborent", déclare-t-il.

Dans une lettre, le collectif liste 15 demandes au total, notamment une tolérance zéro pour l'alcool dans les camps. "Il y a des gosses qui sont tout seuls, 100, 200 gosses livrés à eux-mêmes jusqu'à des 10, 11 heures du matin parce qu'ils sont pas levés. S'il y a un accident qu'est-ce qui se passe ?", met en garde Jacques Herman.

Nos journalistes ont tenté de discuter avec les Scouts présents sur place au moment du tournage mais ça ne leur a pas plu. Peut-être un peu dérangés par le sujet.

La commune assure qu'un règlement est en place

Du côté de la commune, on est ouvert aux discussions avec les riverains mais on nous répond qu'un règlement est déjà en place. Un règlement que fait appliquer "monsieur camp": "Mon travail, c'est quand il y a une plainte qui arrive d'aller voir les Scouts, de leur rappeler, sans autorité parce que c'est pas trop mon rôle, de faire attention parce que sinon par après la police peut arriver avec de lourdes amendes". Efficace ? "En général, quand je leur dis ce petit discours-là, ils sont à l'écoute et font relativement attention par après".

Mais pour les riverains dérangés, il faut aller plus loin, notamment en limitant le nombre de camps dans la commune.




 

Vos commentaires