En ce moment
 
 

Ciney a trouvé LA solution pour que les fleuristes puissent quand même vendre leur muguet du 1er mai

 
CORONAVIRUS
 

À l'inverse des jardineries, et sauf exception, les fleuristes n'ont pas été autorisés à rouvrir. Ils vont rater la fête des mères et le premier mai, demain. Du coup, à Ciney, par solidarité, des boulangers et des fromagers ont proposé de vendre les muguets des fleuristes de la commune sans prendre de commission.

Jean-Claude est fleuriste depuis plus de 20 ans. Cette période est sensée être la meilleure pour son secteur, mais cette année, avec le confinement, c'est plus compliqué.

"C'est à peu près 50% de l'année qui se fait avec la fête des mamans, le 1er mai, les mariages, les communions. Ici, on vient de rater Pâques également. Donc oui, c'est un bon gros 50% de notre chiffre d'affaires annuel", explique Jean-Claude Hazard.

Comme 4 autres fleuristes de Ciney, il a décidé de prendre part à l'action lancée par la ville. Il ira déposer son muguet chez un boulanger qui le vendra pour lui, sans prendre aucune commission. C'est un élan de solidarité qui fait du bien.

"On a l'impression de revenir un petit peu à la normale si ce n'est qu'effectivement, ça va être plus des dépôts donc ça ne se fera pas ici au magasin comme d'habitude. Mais voilà, on a l'impression qu'on va quand même vendre notre muguet comme les autres années. Donc enfin une petit fête où on va pouvoir souffler", ajoute le fleuriste.

"Une fameuse bouffée d'oxygène"

Sylvie Hennau, gérante d'une boulangerie, est heureuse de pouvoir aider les fleuristes : "Déjà nous on est en train de puiser sur notre trésorerie, on réduit le personnel, on réduit un petit peu tout. On le sent donc pour eux, ça doit être vraiment vraiment catastrophique".

"C'est vraiment dans une époque comme celle-ci que je pense que les gens ouvrent les yeux sur les difficultés des indépendants à vivre dans une période comme maintenant", note Fanny, une cliente.

L'initiative a inspiré d'autres villes, notamment Dinant, qui compte mettre en place la même action.

"Si on pouvait avoir cet élan de solidarité toute l'année, nos centres villes en sortiraient grandis, estime le bourgmestre, Frédéric Deville. Toutes les villes souffrent au niveau de leur centre-ville, et je me disait que si toutes des petites actions comme ça pouvaient avoir lieu de manière récurrente sans attendre une crise sanitaire, pour le commerce, ce serait une fameuse bouffée d'oxygène".

La ville s'est associée avec 25 commerçants pour la fête des mères. Les commerçants pourront commander de chez eux un cadeau pour leur maman, et les colis seront livrés gratuitement par la commune.

CORONAVIRUS EN BELGIQUE : les dernières infos

 




 

Vos commentaires