En ce moment
 
 

Déconfinement: les théâtres tentent de trouver des solutions temporaires mais craignent le pire

 
 

Au lendemain du conseil national de sécurité, chaque secteur essaye de bien analyser les annonces qui ont été faites. Dans le domaine culturel, on sait que les événements pourront reprendre à 400 personnes en extérieur, 200 personnes en intérieur. Mais les textes officiels avec tous les détails n’ont pas encore été publiés. Pour certains acteurs de la culture, c’est une évidence, ces restrictions poseront un grand problème de rentabilité.

Après l'annonce des nouvelles mesures définies par le conseil national de sécurité, le théâtre "Le Moderne" à Liège a pris les devants pour cet été.  

"Il fallait absolument trouver une solution bis ou alors encore aménager la scène, faire des spectacles encore différents, pour pouvoir peut-être mettre des sièges sur la scène", explique Sarah Cerri, chargée de production au théâtre « Le Moderne ».

Des spectacles à l'extérieur pour rassurer le public

Dans les prochaines semaines, les spectacles auront lieu à l’extérieur, dans la cour intérieure du bâtiment. Une manière pour l’équipe de 10 personnes de rassurer tout en respectant les mesures imposées.

"On s’est dit qu’à l’extérieur, les gens auraient beaucoup plus envie de venir, qu’ils se sentiraient plus en sécurité. Ca nous permet aussi d’aménager les choses un peu différemment puisque en fonction des bulles, on peut venir à deux mais on peut venir à 10 ou 15 aussi."

"Le public attend, comme nous"

En limitant à 200 places le public dans les salles intérieures, les professionnels de la culture sont inquiets. "Nous sommes en retard, les gens ne se projettent pas encore en octobre, en novembre, en décembre sur les spectacles qu’ils souhaitent aller voir. Ils attendent, comme nous", déplore Simon Bouazza.

A quoi ressemblera la prochaine saison?

Au Forum de Liège, 2.000 personnes peuvent profiter du spectacle, habituellement. Le calcul est vite fait. Limiter à 200 ou 400 spectateurs tout en respectant les mesures de sécurité, cela voudrait dire n’ouvrir qu’une partie du parterre. C’est surtout à la reprise de la saison, en septembre, que portent les interrogations. "Il va falloir réfléchir, soit à une autre programmation, soit à des cachets artistiques, à des prestations de tiers qui devront également être diffusées par 2 ou par 3". Le directeur remarque que beaucoup d’habitués ont renouvelé leur abonnement pour l’automne prochain.




 

Vos commentaires