En ce moment
 
 

Ces pièges illégaux en forêt pour se débarrasser des VTT: "On peut tuer une personne ou la blesser très grièvement"

 
 

Le confinement a fait grimper les activités dans les bois et notamment le VTT, ils sont de plus en plus à choisir cette activité pour les balades en forêt. Mais ces passages beaucoup plus fréquents dérangent. Des obstacles dangereux sont posés délibérément sur le passage des cyclistes, mais aussi sur celui des promeneurs.

Si vous avez choisi de passer ces vacances d'été en Belgique, et surtout de vous promener en forêt, soyez prudents. Récemment, une petite fille de 10 ans s'est blessé le pied à cause d'un piège placé pour faire fuir les amateurs de VTT. Ce type de piège est de plus en plus fréquent, par exemple dans les Fagnes. 

Les amateurs de VTT y dévalent les sentiers boisés à 20 km/h, imaginez lorsque ces cyclistes se retrouvent face à des fils de barbelés tendus entre deux arbres... Ou même des rails de clous, voire des clous plantés à même le sol. Ce sont des pièges délibérément mis sur leur passage.

"C'est une nouvelle 'mode', mais ça ne se fait pas"

Cyril, Mathieu et Simon, trois amateurs de VTT, en rencontrent beaucoup plus souvent ces dernières semaines. "Je n'ai jamais été blessé physiquement", raconte Mathieu. "Mais j'ai déjà eu des pneus crevés, pas plus tard qu'hier."

Cyril confirme : "Il faut être encore plus attentifs qu'avant, surtout qu'il y a maintenant des barbelés. C'est une nouvelle 'mode', mais ça ne se fait pas. On doit déjà faire attention à où on va, et aux cailloux, c'est pas facile."

Des barbelés disposés sur des chemins privés et aussi sur des chemins accessibles au public. On dénombre une vingtaine de zones en Wallonie jugées à risque pour les 150 000 vététistes que compte la région. "Dans la plupart des cas, en toute bonne foi, on circule dans des endroits où on pense qu'on est tout à fait autorisés", explique Olivier Beart, porte-parole de la Mountain Bikers Foundation Belgium. "Parfois, ça ne l'est pas, mais dans la majorité des cas ça l'est. Et ces pièges sont souvent installés dans des endroits où l'on peut circuler."

Une fillette de 10 ans blessée par ces pièges

Ces pièges improvisés touchent aussi les promeneurs : il y a quelques jours, une fillette de 10 ans s’est blessée au pied. "Qu'est-ce qui peut y avoir dans la tête de ces personnes pour en arriver à de tels extrêmes ?", réagit Olivier Beart. "C'est vouloir porter atteinte à la vie de quelqu'un, parce qu'on peut tuer une personne ou la blesser très grièvement, avec ce genre de dispositifs."

Dans les Fagnes, la police compte renforcer ses contrôles dans les bois pour tenter de retrouver les auteurs de ces dangereux obstacles. Cette infraction est prévue par le code pénal, et est passible d’une traduction devant un tribunal correctionnel.




 

Vos commentaires