En ce moment
 
 

À Liège, de nouvelles pistes cyclables pas toujours claires: "Souvent, elles s'arrêtent au milieu de nulle part"

 
 

A Liège, comme dans beaucoup d'autres endroits, les autorités veulent faire la part belle aux vélos. Le centre-ville est donc ré-aménagé pour installer des pistes cyclables. Le problème, c'est que les derniers travaux en date ont plutôt tendance à tout compliquer. Désormais des lignes traversent les chaussées dans les tous les sens et les cyclistes ont parfois du mal à savoir pour où passer.

Par où passer quand on est cyclistes ou même piétons ? Nos journalistes se sont rendus sur un carrefour entièrement sécurisé, parmi les derniers aménagements réalisés par la ville de Liège. Mais le traverser parait bien compliqué.

Des flèches, des angles droits, des poteaux visibles de loin et une signalisation qui complique sérieusement la vie des cyclistes.

"Aujourd'hui c'est compliqué. On nous vante les mérites de la piste cyclable pour aller jusqu'à Maastricht, mais depuis tantôt on tourne, on est déviés à cause des travaux, on se retrouve d'un côté de la berge, de l'autre, c'est très mal signalé", raconte l'un. "Souvent, les pistes cyclables s'arrêtent au milieu de nulle part (...) Ça nous fait traverser, il y a pas forcément de feu rouge, il y a beaucoup de voitures et on est obligé de couper leur circulation et c'est assez dangereux", regrette un autre.

"Le souci, c'est vraiment les chaînons manquants"

Depuis la crise du Coronavirus, la ville Liège a décidé d’accélérer le développement de ses pistes cyclables et des couloirs vélos. Au total 35km de voiries sont en cours d’aménagement.

"Le souci c'est vraiment les chaînons manquants, on sent que l'énergie est là, que la dynamique se met en place mais on aimerait bien que les chantiers aillent un peu plus vite parce que la demande est là, très clairement", raconte Patrick Jacquemin, membre de l'Asbl "Les cyclistes quotidiens".

Des aménagements qui devraient être consolidés, "si l'expérience est bonne"

Ici l’aménagement est provisoire avant un définitif qui sera réalisé plus tard par la Région Wallonne.

"Des aménagements qui seront si l'expérience est bonne, tout à fait consolidés par des aménagements plus pérennes comme on dit et qui qui nécessitent parfois des permis contrairement au simple fait de tracer une ligne sur la voirie", explique Willy DEMEYER, bourgmestre de Liège.

Désignée ville pilote par la Région wallonne, la Cité Ardente espère devenir un exemple d’une mobilité douce réussie dans les prochaines années.




 

Vos commentaires