En ce moment
 
 

Coronavirus: comment le festival Lasemo s'est réinventé face à la crise sanitaire du Covid-19

 
CORONAVIRUS
 

Traditionnellement organisé au début du mois de juillet, le festival durable Lasemo à Enghien a été annulé en raison de la crise sanitaire. Ses organisateurs ont toutefois mis sur pied un événement en plein air, "Ceci n'est pas Lasemo", adapté aux mesures sanitaires. Des promenades encadrées d'environ trois heures, agrémentées de quatre pauses artistiques, concerts et spectacles d'art de rue, sont au menu du week-end jusqu'à dimanche.

belgaimage-165960751-full

Initialement imaginé pour quatre groupes de promenade dans le parc communal d'Enghien, l'événement "Ceci n'est pas Lasemo" a récolté un succès grandissant auprès du public. Vingt-quatre groupes de quelque 200 personnes inscrites passeront ainsi vendredi, samedi et dimanche par le parc d'Enghien pour vivre un programme artistique atypique. Les scènes et chapiteaux habituels du festival n'ont pas été installés. Le menu propose par contre des promenades en groupe encadrées, des concerts intimistes et des spectacles d'art de rue à divers endroits du parc, le tout dans le respect des mesures sanitaires.

belgaimage-165960758-full

"C'est assez inespéré d'avoir pu organiser ce 'non-festival', de pouvoir se réunir avec du public, des artistes, dans une dynamique festive mais dans le respect des règles sanitaires qui donnent quand même le ton de l'événement", s'est réjoui Samuel Chappel, organisateur de Lasemo. "Le public est impatient de revivre la culture. Nous avions prévu initialement quatre groupes et, compte tenu de la demande, nous en sommes à 24 groupes, pour un peu plus de 5.000 personnes pour tout le week-end, en respectant des bulles de quelque 200 personnes, assises pendant les spectacles".

belgaimage-165960756-full

Le parc d'Enghien reste ouvert au public et aux promeneurs. "L'événement 'Lasemo' et ses zones artistiques ainsi que le bar en plein air, ne seront toutefois accessibles qu'aux personnes inscrites à l'avance. Et nous sommes complets", a conclu Samuel Chappel.

 




 

Vos commentaires