En ce moment
 
 

Fusillade entre la police et un individu aux Bons Villers: l'intervention de l'agent blessé remise en question

 
 

Une instruction est ouverte concernant la fusillade qui a eu lieu il y a un mois, entre un policier et un suspect dans la commune de Bons Villers. Aujourd’hui, le bien fondé de l’intervention du policier est remis en question. Apparemment, il a tiré le premier sans attendre l’intervention de policiers spécialisés.

Le 14 juin dernier, un policier de la zone Brunau a donc été évacué par les pompiers. L’agent a été touché par balle à un endroit qui n’était pas protégé par son gilet. L'homme de 69 ans qui a tiré a également été blessé, il est sorti des soins intensifs il y a peu. A l’origine de cette intervention un conflit familial.

"Le policier est monté le long d'un escalier et s'est retrouvé face à un monsieur armé. A ce moment-là, il y a eu des tirs simultanés entre le monsieur et la police", a expliqué Vincent Fiasse, le procureur du roi de division - parquet de Charleroi.

D’après plusieurs éléments avancés par la défense, il ne s’agit pas de tirs simultanés, ni de légitime défense, mais bien d’un tir précipité réalisé par le policier.

"Mon client était seul chez lui à l'étage et il était muni d'une arme. C'était une intervention périlleuse, car il menaçait de se suicider. Il y a eu un périmètre de sécurité, et pour une raison totalement inconnue, un membre de la famille va parvenir à rentrer dans les lieux, suivi par le policier. Par la suite, avec un dialogue qui est quasiment nul, un premier coup de feu a émané du policier avant que mon client ne riposte", affirme Fabian Lauvaux, l'avocat du suspect.

Selon la défense qui a saisi un juge d’instruction, il s’agissait d’une situation de Fort Chabrol qui nécessitait l’intervention des forces spéciales.

Une plainte avec constitution de partie civile vient d’être déposée contre le policier, ce qui complétera le dossier initial. Quant à l’agent, il a pu quitter l’hôpital quelques jours après les faits.




 

Vos commentaires