En ce moment
 
 

Un enfant kidnappé à Genk libéré après 42 jours de séquestration: un des suspects est un islamiste extrémiste, selon des médias flamands

  • Un adolescent de 13 ans pris en otage durant 42 jours à Genk

  • Le point après la libération d''un adolescent de 13 ans pris en otage à Genk

 
 
 

Sept personnes ont été arrêtées dans le cadre de la séquestration durant 42 jours d'un adolescent de 13 ans à Genk, a indiqué lundi le parquet du Limbourg lors d'une conférence de presse.

Dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril, des individus masqués et lourdement armés sont entrés au domicile des parents et ont emmené de force leur fils de 13 ans. Celui-ci a été libéré la nuit dernière lors d'une intervention de la police. La séquestration de l'adolescent aura duré 42 jours. Des contacts ont eu lieu durant cette période entre les ravisseurs et la famille pour demander une rançon. Aucune information n'a été donnée sur un éventuel paiement de celle-ci.

Neuf perquisitions

Après la libération de la victime, neuf perquisitions ont été menées (et non douze comme annoncé initialement), dont quatre dans la région d'Anvers et huit dans le Limbourg, à Maaseik, Zutendaal et Houthalen-Helchteren notamment, a précisé le parquet. Sept personnes ont été interpellées et entendues. Un juge d'instruction devra décider si elles seront placées sous mandat d'arrêt. "Le jeune a été délivré peu après minuit et est rentré à pied après avoir été déposé à proximité", a indiqué le directeur de la PJF locale.

Une centaine de personnes ont pris part à l'enquête, qui a également nécessité une bonne coopération internationale avec les autorités judiciaires et policières françaises, néerlandaises et américaines. Certains médias étaient au courant de l'enlèvement et de l'enquête mais il leur avait été demandé de ne pas divulguer l'affaire dans l'intérêt du garçon et en vue de ne pas entraver le travail des forces de l'ordre.

Il s'agit d'une affaire crapuleuse liée au milieu de la drogue

Neveu d'un parrain de la drogue

L'AFP, citant la justice belge, précise que l'adolescent enlevé est le neveu d'un parrain de la drogue kurde. "Il s'agit d'une affaire crapuleuse liée au milieu de la drogue", a confié à l'AFP une source proche de l'enquête. L'oncle de l'enfant est considéré comme un parrain de la drogue. Il a été arrêté en 2019 et condamné à 15 années de réclusion pour trafic de cocaïne. La drogue arrivait par les ports d'Anvers, en Belgique, et de Rotterdam, aux Pays-Bas. "Mon client ne peut pas croire que sa réputation a donné des idées aux ravisseurs", a déclaré son avocat, Me Frank Scheerlinck, cité par le quotidien flamand Het Laast News.

Les enquêteurs belges ont été aidés par les autorités judiciaires et policières néerlandaises, françaises et américaines, a indiqué le procureur.

Des suspects sont des islamistes radicaux selon des médias flamands

Selon la chaîne publique flamande VRT, plusieurs des suspects arrêtés sont considérés comme des islamistes radicaux. Le quotidien flamand Het Belang Van Limburg avance que l'un des individus arrêté est Khalid Bouloudo, "l'un des extrémistes musulmans les plus notoires du pays", indique le média. Le quotidien rappelle que Khalid Bouloudo a été condamné en appel en 2019 à une peine de trois ans de prison pour avoir radicalisé et incité à partir en Syrie plusieurs jeunes de Maaseik. La VRT précise quant à elle que Khalid Bouloudo a été condamné en 2006 à cinq ans de prison pour terrorisme. Avec douze autres hommes, il aurait formé une cellule belge du Groupe Islamique Combattant Marocain, tenu responsable des attentats de Casablanca en 2003 et des attentats de Madrid en 2004.

Ont également été interpellés en tant que suspects lundi un homme de Zutendaal et un jeune homme d'une vingtaine d'années, domicilié quant à lui à Anvers. Leurs avocats Abdel Belkhouribchia et Jan Keulen n'ont pas été en mesure de donner des informations au sujet de cette affaire.

La plus longue séquestration contre rançon en Belgique

La séquestration durant 42 jours de l'adolescent est  la plus longue du genre dans l'histoire de la Belgique. La séquestration d'Anthony De Clerck, enlevé le 4 février 1992, et libéré en échange du paiement d'une rançon de 6 millions d'euros avait duré 32 jours.

De l'histoire judiciaire du pays, outre celui d'Antony De Clerck, on retiendra un autre enlèvement lié à l'exigence d'une rançon, celui de l'ex-Premier ministre Paul Vanden Boeynants. Ses ravisseurs, la bande à Patrick Haemers, avaient exigé et obtenu un peu plus d'1,5 million d'euros en échange de sa libération.

Même si en l'espèce, il n'y eut pas de demande de rançon, on ne pourra passer sous silence les enlèvements d'enfants par Marc Dutroux. En ont réchappé, mi-1996, Sabine Dardenne, après 80 jours, et Laetitia Delhez, après une durée un peu plus longue. Les petites Julie et Mélissa, An et Eefje, n'ont pas eu la chance d'en sortir vivantes. Marc Dutroux a été condamné à la prison à perpétuité pour enlèvement, séquestration, viol et assassinat.




 

Vos commentaires