En ce moment
 
 

Une "double" piste cyclable apparaît sur un boulevard à Etterbeek: "Qui est encore le génie qui a inventé ça?"

Une
 
 

Depuis plusieurs semaines les pistes cyclables poussent comme des champignons dans la capitale. Un internaute nous a envoyé un cliché d’une "double piste cyclable" sur le boulevard Louis Schmidt à Etterbeek. Nous avons interrogé le cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité à ce sujet. Selon elle, l’axe La Cambre- Montgomery nécessitait une « sécurisation » plus importante.

David, l'un de nos lecteurs, a interpellé notre rédaction via le bouton orange alertez-nous. En se promenant à Bruxelles, sur le boulevard Louis Schmidt à hauteur de l’arrêt de tram Arsenal (Etterbeek), l’internaute a photographié l’apparition d’une "double" piste cyclable, selon ses propres mots. "On se demande qui est encore le 'génie' qui a inventé ça ?", nous écrit David en légende de ce cliché.

De nombreuses pistes cyclables font, en effet, leur apparition sur les grands axes bruxellois ces dernières semaines donnant parfois lieu à des "doublons". Sur le boulevard Louis Schmidt (Etterbeek), cette nouvelle piste a été tracée pour palier à des "endroits dangereux" pour les adeptes de la "petite reine", selon le ministère de la Mobilité bruxelloise. Marie Thibaut de Maisières, est la porte-parole de la ministre Elke Van Brandt. Elle développe: "Pour n’importe qui qui circule à vélo entre le bois de la Cambre et le rond-point Montgomery, il y a des endroits où il y avait une piste cyclable mais il y avait aussi deux morceaux extrêmement dangereux qui étaient des "missing links" (soit en français des liens manquants). On sait que pour qu’un trajet soit sécurisé, tous les maillons faibles doivent être renforcés. En allant de la Cambre à Montgomery, il y avait des endroits très agréables jusqu’à la VUB (Vrije Universiteit Brussel), et devant la VUB, c’était horrible. Il y a quelques mois, Bruxelles Mobilité a placé des marquages au sol et des blocs de béton pour sécuriser ces tronçons-là", explique-t-elle. C'est donc cette procédure de sécurisation de l'ancienne piste cyclable qui a engendré l'apparition de cette "double piste".

L'effet coronavirus

Plus récemment, le contexte lié au coronavirus et la demande de la STIB - qui ne souhaitait pas avoir des transports en commun rempli aux heures de pointe durant la phase fragile de déconfinement progressif - a permis au cabinet de tracer des "pistes corona." Le but: encourager les Bruxellois à favoriser les déplacements à vélo. Au total, 40 kilomètres de pistes cyclables supplémentaires ont été promises et sont en cours d'installation.

Alors que certains aménagements sont des tests, d’autres ont évidemment été entrepris dans l’objectif d’un réaménagement définitif. Des nouvelles pistes cyclables à l'essai font donc partie d’un plan de réaménagement à l’étude qui consiste en un test de 2 ans réalisé par le cabinet de la ministre de la Mobilité bruxelloise Groen Elke Van den Brandt. Le coronavirus et la diminution du trafic automobile a donc semblé être un contexte opportun pour amorcer de nouvelles ambitions en matière de mobilité écologique dans la capitale. C’est évidemment aussi avec les yeux rivés vers l’avenir que le cabinet de la mobilité bruxellois oeuvre. 

Quid de la rentée ?

Cette semaine, la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt, et les autorités schaerbeekoises ont présenté la transformation en phase test du boulevard Lambermont appelé à subir les adaptations nécessaires à la mise en place d'une piste cyclable sur une des trois bandes de circulation actuelles en direction du pont Van Praet. Le réaménagement de cet axe de pénétration en boulevard urbain se précise après de nombreuses années d'attente du côté de la "Cité des ânes". Les travaux préparatoires à la phase de test ont commencé lundi.

Avec l'apparition de nouvelles pistes cyclables, la rentrée scolaire de septembre et une diminution du télé-travail dans les mois à venir, certains craignent que la circulation dans la capitale ne devienne chaotique. C’est également ce que le ministre Fédéral de la Mobilité, François Bellot, s’est posé comme question sur Twitter: "Le gouvernement bruxellois est-il conscient de l'impact sur la mobilité globale de et vers Bruxelles lorsque 100% des activités reprendront?

Du côté du cabinet de la ministre bruxelloise de la Mobilité, on ne redoute ni la rentrée scolaire, ni le retour des travailleurs en présentiel. "Sur le boulevard Lambermont, il ne devrait pas y avoir de problème, parce que le carrefour était déjà calibré sur deux bandes et on sait que les boulevards ont le débit de leur carrefour", défend la porte-parole. Et d’ajouter que l'évolution du trafic dans la capitale est de toute façon suivie de près. "Tout est monitoré, des comptages sont réalisés avec Bruxelles Mobilité, pour voir comment le trafic réagit. La situation sera évidemment suivie de près dès septembre, lors de la rentrée scolaire."  Et de rassurer: "Si besoin est, des aménagements seront envisagés, comme cela a été le cas au boulevard Sylvain Dupuis où le temps des feux au carrefour a été adapté pour rendre le trafic des voitures plus fluide", conclut la porte-parole.




 

Vos commentaires