En ce moment
 
 

Manifestation anti-racisme: Mounaime, 19 ans, dit avoir été roué de coups par la police sans raison

 
 

Un jeune homme dit avoir été violenté par la police sans raison apparente. Il se trouvait sur les lieux des émeutes qui ont éclaté à Bruxelles, après la manifestation contre le racisme et les violences policières. La police a ouvert une enquête en interne.

Les traces sur le visage témoignent de la violence subie par Mounaime. Le jeune homme de 19 ans était à Bruxelles lors des émeutes en marge de la manifestation pacifique anti-racisme. A la base, il dit y être allé pour manger avec un ami. Mais il s'est retrouvé au milieu des échauffourées. "Il y a eu un mouvement de foule. Tout le monde a commencé à courir. On a entendu 'courrez' derrière nous. On a commencé à courir. D'un coup, je me suis fait attraper par un policier", explique le jeune homme.

Sous le regard de son ami, Mounaime s'est rapidement retrouvé au sol. "C'est là que j'ai vu qu'il était plaqué au sol avec la police. Il y avait 4 policiers sur lui. Je les entendais crier sur lui, lui mettre les menottes, etc", raconte l'ami de Mounaime.

"Je n'arrivais plus à respirer"

Le jeune homme de 19 ans est alors placé dans un véhicule de police, les mains attachées, selon ses dires. Trois minutes plus tard, plusieurs policiers seraient revenus. "C'est là qu'ils ont commencé à me taper, m'insulter. A me dire: 'est-ce que tu aimes la police, maintenant? J'espère que tu vas bien aimer la police maintenant!' Ils m'ont tapé sur la tête, je n'arrivais plus à respirer. Ils ne voulaient pas m'entendre. (…) J'étais tout seul, menotté, plus de sang dans les mains. Les mains froides tellement c'était serré fort."

Le jeune homme est finalement embarqué. Vu son état, une ambulance est appelée pour l'emmener à l'hôpital. Mounaime souffre d'hématomes au visage. 

Face à ce témoignage, le chef de corps de la zone de police concernée a décidé d'ouvrir une enquête en interne. La famille du jeune homme a fait appel à un avocat. Une plainte a été déposée au commissariat ce mardi.




 

Vos commentaires