En ce moment
 
 

Le secteur événementiel manifeste à Bruxelles: "Si on n'a pas de date de reprise, on sera à l'arrêt jusqu'à la fin de l'année"

 
 

Le secteur événementiel a manifesté ce matin à Bruxelles. Il regroupe 80.000 travailleurs qui n'ont aucune perspective suite à la crise du coronavirus. Ils espèrent surtout savoir quand ils pourront redémarrer leurs activités.

Devant le Palais 5 du Heysel, un lieu qui abrite normalement des événements toute l'année, des représentants du secteur événementiel ont tourné le dos en signe de mécontentement.

A l'arrêt depuis le 8 mars, ils ne savent toujours pas quand ils vont pouvoir reprendre leurs activités. "Aujourd'hui, la première chose, c'est de la perspective, donc une date à laquelle on peut recommencer, explique Vinciane Morel, porte-parole de l'Alliance des Fédérations belges de l'événementiel. À partir du moment où on a cette date, on mettra 2 ou 3 mois avant d'avoir notre premier événement. Cette date est donc essentielle. Si on ne l'a pas, on sera l'arrêt jusqu'à la fin de l'année."

Au sol, plus de 1.000 caisses utilisées pour le transport de matériel lors de spectacles ou de concerts ont été déposées. Elles représentent les 80.000 emplois menacés dans le secteur… qui se sent oublié. "L'horeca a redémarré, les écoles sont ouvertes. Pourquoi on n'ouvre pas les salons ? Un événement qui ne peut pas être organisé, c'est toute une pyramide de gens qui ne savent pas travailler. Des gens, des entreprises et des chefs d'entreprise, comme moi, qui ont dû mettre presque 20 personnes au chômage", confie Sammy Fren, patron d'une société d'organisation d'événements.

Maximum 200 personnes

Dans le calendrier, les activités culturelles avec public pourront reprendre dès le 1er juillet, avec maximum 200 personnes. Mais pour les organisateurs, ce n'est économiquement pas faisable. "Ce nombre de personnes ne rentre pas du tout pour pouvoir payer les frais que représente la création d'un événement ou d'un spectacle", assure Christian Stenuit, patron d'une société d'organisation d'événements.

Les organisateurs d'événement se disent prêts à reprendre leurs activités tout en respectant certaines mesures de sécurité. Ils espèrent avoir une date de reprise avant la fin de la semaine.




 

Vos commentaires