En ce moment
 
 

Forest: un rassemblement de 300 personnes impuni par les autorités

Forest: un rassemblement de 300 personnes impuni par les autorités
 
 

Vendredi soir, des centaines de personnes se sont rassemblées dans un parc de la région Bruxelloise, à Forest. La commune et la police ont été averties mais n'ont pas réagi alors que les rassemblements sont toujours interdits à l'heure actuelle. Pourquoi?

Plus de 300 personnes se sont rassemblées au parc de Forest à Bruxelles, vendredi soir. Une image impensable à l’heure où les rassemblements de masse sont toujours interdits. Explication possible: cet attroupement pourrait être lié à la tenue d’un évènement musical comme nous l’apprennent quelques personnes dans ce même parc ce mardi après-midi. "J'en ai entendu parler sur Facebook, ensuite par des amis qui sont venus faire la fête", raconte une jeune femme au micro du RTL info 19 heures. Un  homme poursuit: "C'était un rassemblement entre musiciens qui voulaient improviser." Le cabinet du bourgmestre de Forest nous le confirme.

Aucune autorisation n’a pourtant été donnée La police de zone de Bruxelles de midi s’est donc rendue sur place, mais n'est pas intervenue pour mettre fin à ces rassemblements. Serge Bouchez; porte-parole de la zone de police Bruxelles-Midi explique: "Vu le manque de capacité en personnel à ce moment précis et au profit de l'urgence, le Bourgmestre a demandé à l'officier de police de sensibiliser cette foule au respect de la crise sanitaire et des nuisances qu'elle cause."

Les mesures du déconfinement pointées du doigt

Une question se pose donc : la non-intervention des policiers est-elle justifiée ? "Les collègues intervenant sur les lieux doivent rendre compte au directeur opérationnel de la zone de police qui lui-même vu l'ampleur doit rendre compte à l'autorité administrative qui prend la décision", fat savoir Gilles Vincent, président du SLFP Police, syndicat libre de la fonction publique.  

Voici comment le cabinet du bourgmestre de Forest se justifie: "A Forest comme ailleurs, les dispositions de l’arrêté Ministériel concernant l’espace public est en décalage avec le rythme de déconfinement édicté par le CNS et vécu par les concitoyens. (…)  Sur le terrain, dans les quartiers, les citadins ont pourtant besoin d’espace vital."

Normalement, les personnes ne respectant pas les règles de rassemblements peuvent encourir jusqu’à 250 euros d’amende




 

Vos commentaires