En ce moment
 
 

Des magasins pillés à Bruxelles: ému, ce commerçant découvre l'étendue des dégâts (vidéo)

Des magasins pillés à Bruxelles: ému, ce commerçant découvre l'étendue des dégâts
©RTL INFO
 
 

La désolation des commerçants du centre de Bruxelles ce lundi. Ils ont retrouvé leurs boutiques vandalisées, pillées, en marge, dimanche soir, de la grande manifestation contre le racisme et les violences policières.  La tournure des événements nuit à ce mouvement qui était pourtant pacifique.

Pour sa réouverture, un restaurant d’Ixelles voulait que tout soit parfait, mais les casseurs d’hier ont bien failli bousculer ses plans. Après la manifestation, des vandales s’en sont pris à des restaurants de la place Saint Boniface.

Des habitants de Matongé se sont interposés pour protéger les commerces. Au final une vitrine cassée n’empêche pas la reprise des activités pour le restaurant que nous avons filmé.

"C’était une mauvaise surprise hier. On soutient complètement la manifestation Black Lives Matter mais pour le côté pacifique", indique le gérant.

Pour d’autres commerces de la chaussée d’Ixelles, les pertes sont considérables. Une bijouterie a été dévalisée. 30.000 euros de marchandises ont été dérobés. Pour les commerçants, l’heure est à la réparation, au nettoyage et à l’estimation des pertes.

"Ils ont d’abord cassé la porte d’entrée avant de mettre le feu aux poubelles qui étaient dans le magasin. Ils sont ensuite rentrés dans le magasin et ils ont volé quelques produits", explique le gérant.

Le bourgmestre d’Ixelles est venu se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Hier, il était sur place au moment des tensions. Il a même tenté de dissuader les pilleurs, en vain.

"Malgré le fait que je sois là et que je puisse essayer de dialoguer, il y avait un groupe qui est venu pour un acte de vandalisme", regrette-t-il.

Les magasins de luxe de la porte de Namur n’ont pas été épargnés. Pour les commerçants, c’est l’incompréhension et l’impression que les casseurs ont le champ libre. "Il y a de l’émotion parce que voir sa boutique dans cet état, ça fait mal. On disait que c’était pacifique puis ça a dégénéré. Je ne m’y attendais pas. Je ne comprends pas pourquoi, on a autorisé une manifestation de 10.000 personnes", confie le gérant.

Des dégâts qui n’ont pas dissuadé les clients ce matin. Alors que les travaux de nettoyage s’organisent, les files s’allongent à nouveau devant les magasins.




 

Vos commentaires