En ce moment
 
 

France: amoureuse d'un détenu à qui elle offrait des cadeaux, une surveillante de prison interdite d'exercer

France: amoureuse d'un détenu à qui elle offrait des cadeaux, une surveillante interdite d'exercer
© BELGAIMAGE
 
 

Une surveillante du centre de détention de Roanne (Loire) a été condamnée mardi à une interdiction d'exercer sa profession. La gardienne était amoureuse d'un détenu, auquel elle avait notamment remis un téléphone portable et des cartes SIM.

Une surveillante du centre pénitentiaire de Roanne (Loire) qui avait remis un téléphone portable à un détenu, dont elle était amoureuse, a été condamnée mardi soir à une interdiction définitive d'exercer cette profession.

Cette femme de 41 ans, "qui affichait de très bons états de service dans l'Administration pénitentiaire où elle était en fonction depuis 17 ans, a aussi été condamnée à 2.000 euros d'amende avec sursis", a précisé mercredi à l'AFP le parquet de Roanne, confirmant une information du quotidien régional Le Progrès.

En mars, elle avait été suspendue de ses fonctions et placée sous contrôle judiciaire pour avoir fourni, par amour, un téléphone portable a un détenu avec qui elle disait vouloir "rester en lien". Outre cet appareil et des cartes SIM, elle lui avait aussi remis illégalement des vêtements et de la nourriture à l'occasion de Noël et de la Saint-Valentin.

L'homme de 35 ans dont elle est amoureuse a été condamné à trois reprises par une cour d'assises et purge actuellement une peine de 14 ans de réclusion criminelle pour meurtre. Le tribunal correctionnel de Roanne lui a infligé une condamnation de trois mois de prison pour le recel des cadeaux reçus.

La prévenue avait été dénoncée par son époux, avec qui elle est en instance de divorce, lui-aussi surveillant dans cette même prison.

Hasard du calendrier, un détenu de la prison de Roanne a brièvement pris sa compagne en otage mercredi vers 11h à l'issue d'un parloir, avant de la libérer puis se rendre sans heurts vers 13h30, une opération saluée par le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti qui s'est d'ailleurs rendu sur place.




 

Vos commentaires