En ce moment
 
 

Wall Street stable à l'ouverture, les yeux tournés vers le Congrès

Wall Street stable à l'ouverture, les yeux tournés vers le Congrès
Des passants devant le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 3 août 2020Angela Weiss
 
 

La Bourse de New York évoluait proche de l'équilibre mardi en début de séance dans un marché suivant les négociations au Congrès sur un nouveau plan de relance pour l'économie américaine.

Vers 14H20 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, grappillait 0,08% à 26.685,10 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, prenait 0,20% à 10.924,725 points.

L'indice élargi S&P 500 glanait 0,08% à 3.297,28 points.

Wall Street avait entamé le mois d'août dans le vert lundi, portée par des grands noms du secteur technologique, dont Apple et Microsoft: le Dow Jones était monté de 0,89% et le Nasdaq de 1,47%, terminant à un record.

Républicains et démocrates américains poursuivaient mardi leurs discussions pour trouver un accord sur une nouvelle aide pour les millions d'Américains au chômage à cause du Covid-19, mais aussi pour les entreprises en difficulté et les collectivités locales.

"Certains articles de presse font état de progrès, mais les deux partis restent très éloignés sur les sujets clefs du renforcement des allocations chômage, de l'aide aux collectivités locales et aux Etats et de garanties en cas d'éventuelles poursuites pour les écoles et les commerces", note Patrick O'Hare de Briefing.

"Mais il faut noter que les deux partis restent engagés dans les négociations", poursuit M. O'Hare.

Lundi en fin de journée, Donald Trump a déclaré envisager d'agir sans attendre le Congrès, par décret, pour empêcher les expulsions de locataires et alléger les charges salariales.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine reculait à 0,5200% contre 0,5543% lundi soir.

Depuis fin mars et malgré des regains éphémères, le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans évolue à des taux historiquement bas, signe d'une forte demande pour ces titres généralement considérés comme des placements sûrs.

Cet intérêt s'explique, selon M. O'Hare, par "les plans disparates de réouverture des écoles à travers le pays, les négociations qui s'éternisent au Congrès, la montée des tensions (géo)politiques avant l'élection présidentielle, les inquiétudes sur une nouvelle vague d'infections au coronavirus qui menace les efforts de réouverture et le nombre élevé de chômeurs."

- Nouveau patron pour Ford -

Au rang des valeurs, le titre de Ford progressait de 2,03% après l'annonce du départ de son directeur général Jim Hackett, qui sera remplacé en octobre par l'actuel directeur des opérations, Jim Farley. L'action de Ford a perdu environ la moitié de sa valeur depuis 2015 et plus de 25% depuis le début de l'année, le groupe tâchant de se repositionner pour répondre à la demande pour les véhicules autonomes et pour les plus gros modèles.

AIG chutait de 5,13%. L'assureur américain a indiqué lundi après la clôture avoir été affecté au deuxième trimestre par la pandémie et les manifestations contre le racisme ainsi que par des placements financiers moins juteux, mais il a assuré que l'impact du Covid-19 sur ses activités restait "gérable".

La marque de vêtements Ralph Lauren voyait son titre dégringoler de près de 8% après avoir fait part de résultats trimestriels décevants, en raison de la chute de ses ventes en magasins du fait de la pandémie. L'entreprise a suspendu ses perspectives financières pour le reste de l'année.




 

Vos commentaires