En ce moment
 
 

Wall Street sans direction claire après un bond la veille

Wall Street sans direction claire après un bond la veille
La statue "Fearless Girl" face au New York Stock Exchange à Wall Street (New York), le 29 juin 2020Angela Weiss
 

La Bourse de New York reculait légèrement mardi en début de séance, la dernière du mois de juin et du deuxième trimestre, après s'être nettement appréciée la veille.

Vers 14H30 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, reculait de 0,07%, à 25.577,82 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,68%, à 9.941,03 points, et l'indice élargi S&P 500 prenait 0,40%, à 3.065,36 points

Wall Street avait fini dans le vert lundi, soutenue par l'envolée du titre de Boeing après le premier vol de certification de son modèle phare, le 737 MAX: le Dow Jones avait grimpé de 2,32% et le Nasdaq était monté de 1,20%.

"De manière générale, il y a un sentiment d'indécision, voire de nervosité sur le marché", décrit Patrick O'Hare de Briefing.com.

"C'est la nature de la phase de consolidation suivant une hausse énorme, qui s'est faite grâce à l'élan du marché plutôt qu'à des facteurs économiques fondamentaux", ajoute M. O'Hare.

Malgré quelques accrocs en cours de route, les grands indices new-yorkais ont en effet connu un rebond quasiment ininterrompu depuis fin mars, date à laquelle ils ont touché leur plus bas de l'année.

Dow Jones, Nasdaq et S&P 500 s'apprêtent ainsi à conclure leur meilleur trimestre depuis plusieurs décennies.

Mardi, les acteurs du marché suivront l'audition devant la Chambre des représentants du président de la Réserve fédérale (Fed), Jerome Powell, et du secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin.

Dans des propos liminaires diffusés lundi, M. Powell a indiqué que le rebond de l'économie américaine avait commencé plus vite que prévu tout en soulignant que la production et l'emploi restaient à des niveaux très inférieurs à ceux d'avant la pandémie de Covid-19.

M. Mnuchin devrait lui évoquer la possibilité de nouvelles mesures de soutien à l'économie américaine, se disant prêt à travailler sur un projet bipartite (c'est à dire avec les démocrates et les républicains) avec le Congrès.

Alors que la première économie du monde s'enfonçait dans la récession, le Congrès avait adopté fin mars un énorme plan d'aide d'urgence de plus de 2.000 milliards de dollars, appelé CARES Act, destiné à atténuer l'impact de la crise pour les entreprises et les travailleurs américains les plus vulnérables.

Il avait été complété avec des aides aux petites et moyennes entreprises.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine était en légère hausse, s'établissant à 0,6234% contre 0,6234% lundi soir.

- Boeing retombe -

Parmi les valeurs du jour, le fabricant de semi-conducteurs Micron (+5,92%) montait nettement après avoir fait part de résultats meilleurs que prévu et livré des perspectives supérieures aux attentes pour le reste de l'année.

Wells Fargo (-0,21%) reculait après avoir indiqué que le montant des dividendes versés à ses actionnaires au deuxième trimestre serait revu à la baisse. Cette annonce fait suite aux tests de résistance bancaire menés par la Fed.

Les autres grandes banques américaines, Goldman Sachs (+1,26%), Bank of America (+0,95%), Morgan Stanley (+0,51%), JPMorgan Chase (+1,14%) et Citigroup (+0,68%), ont en revanche décidé de maintenir le montant de leur dividende.

Boeing (-6,34%) se repliait vivement après son bond de la veille. La compagnie Norwegian Air Shuttle a annulé les commandes de 97 modèles de 737 MAX et de 787 et entend obtenir des réparations financières de la part du géant aéronautique américain en raison notamment du clouage au sol du 737.

 

Vos commentaires