En ce moment
 
 

Elise, 12 ans, FAN de Luc Gilson, l'a rencontré après la pièce du Télévie (vidéo)

 
Télévie
 

Vendredi, la pièce du Télévie "Le Fusible" de Sylvain Meyniac a été jouée par les animateurs et journalistes de RTL lors d'une première spéciale réservée aux bénévoles. Il s'agit de la 16e édition de cet événement annuel. Olivier Leborgne se charge de la mise en scène de cette comédie aux multiples rebondissements.

"J'aime bien Luc Gilson. Il jouait bien. C'était très drôle", a confié Elise, 12 ans, juste avant de rencontrer le journaliste lors de la séance de dédicaces. "Vous jouez très bien le rôle", a lancé Elise lorsqu'elle a pu échanger quelques mots avec Luc Gilson après la pièce.

Le résumé de la pièce

Paul (Luc Gilson), un homme d'affaires, est sur le point de changer radicalement de vie... Il a tout organisé dans les moindres détails: la vente lucrative de son site internet à une compagnie russe, son divorce avec sa femme Valérie (Sophie Pendeville), et son départ sur une île paradisiaque avec sa maîtresse (Sandrine Corman). Seul confident de son stratagème et de ses projets: son ami Michel (Jacques van den Biggelaar), génie de l'informatique, naïf et gaffeur qui suit Paul comme un phare.

A la veille de ce jour fatidique, tout bascule: un court-circuit fait exploser le four au moment même où Paul se trouve dans la cuisine. Il en sort indemne, mais contre toute attente, a totalement perdu la mémoire. Avec l’aide d’un docteur spécialisé en amnésie (Stephan van Bellinghen), Michel va tout faire pour aider son ami, car il y a urgence: on attend, d’un moment à l’autre, l’arrivée d’Ilona (Emilie Dupuis) l’émissaire de la compagnie russe pour boucler le contrat.

La pièce sera jouée du 17 janvier au 28 mars 2020. 23 représentations auront lieu dans 9 villes belges: Wavre, Charleroi, Rouvroy, Mons, La Louvière, Bruxelles, Liège, Namur et Marche-en-Famenne.

La recherche contre le cancer

Les tickets sont disponibles sur www.televie.be. Tous les bénéfices de la tournée seront reversés au Télévie. Assister à une représentation, c’est contribuer à la recherche contre le cancer.

Grâce à la mobilisation des bénévoles et aux dons, le FNRS finance 40% de la recherche contre le cancer. Les avancées sont remarquables: l’immunothérapie, ou encore l’imagerie médicale plus performante.

En mai dernier, le FNRS a accordé une subvention à une centaine de projets, principalement sur le cancer du sein et le cancer de la peau.

 




 

Vos commentaires