En ce moment
 
 

Virus: les Indiens de Bangalore font des stocks avant leur reconfinement

 

A découvrir

 

La mégapole indienne de Bangalore se reconfine mardi face à la persistance de la pandémie de coronavirus, qui entraîne de nouveaux confinement à travers la planète, fait plonger les économies mondiales et impose une fête nationale en demi-teinte en France.

Plus de 13 millions d'habitants de Bangalore et sa région, dans le sud de l'Inde, se pressent de remplir leur frigidaire et placards avant de s'enfermer chez eux à partir de mardi soir, officiellement pour une semaine environ, l'un des plus importants reconfinements locaux en terme de population décrétés dans le monde.

Les transports publics seront suspendus et seuls les services et commerces essentiels autorisés à ouvrir dans ce siège de la high-tech indienne. "Les gens ont peur: le gouvernement a annoncé seulement dix jours de confinement, mais cela pourrait être étendu à un ou deux mois", a déclaré à l'AFP Seema, une habitante de la ville, qui accumulait suffisamment de provisions pour tenir un mois.

Le virus se propage avec virulence en Inde, qui voit ses courbes de la maladie Covid-19 grimper en flèche et toujours pas de pic en vue. Avec près de 24.000 morts, le géant d'Asie du Sud reste toutefois loin du lourd tribut payé par les États-Unis, endeuillés par plus de 135.000 décès, le pire bilan national.

Tout autour du globe, la pandémie fait toujours rage, avec au moins 569.879 morts pour environ 13 millions de cas avérés, selon un décompte établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 19H00 GMT. L'OMS s'alarme de voir "trop de pays (aller) dans la mauvaise direction" et saper la confiance des populations, faute de messages clairs.

- Économies dans le rouge -

L'onde de choc du coronavirus continue aussi de se faire sentir sur les indicateurs économiques, qui plongent dans le rouge à des niveaux impensables il y a quelques mois encore.

Le produit intérieur brut du Royaume-Uni a ainsi décroché de 19,1% de mars à mai par rapport au trimestre précédent. Dévissage encore plus vertigineux pour Singapour: l'activité économique de la ville-État d'Asie du Sud-Est s'effondre de 41,2% en avril-juin, en comparaison à la période janvier-mars.

En France, la pandémie gâche l'esprit festif du 14 juillet, jour de fête nationale. Le virus a eu raison du traditionnel défilé militaire sur les Champs-Élysées à Paris, une première depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale, et entraîné l'annulation de nombreux feux d'artifices et spectacles pyrotechniques à travers le pays.

Seuls 2.000 militaires français, moitié moins que d'habitude, défileront en rond sur l'emblématique place de la Concorde devant le président Emmanuel Macron, mais sans l'habituel public de familles et badauds. Dans la soirée, un feu d'artifice sera tiré de la Tour Eiffel, entourée d'un périmètre d'exclusion pour éviter les rassemblements.

Après Londres et Paris, mardi donne le coup d'envoi de la première Semaine de la mode virtuelle de Milan, coronavirus oblige, avec néanmoins deux rendez-vous en chair et en osn dont le poids-lourd Dolce & Gabbana. Des Fashion weeks hybrides qui peinent cependant à convaincre.

"Le numérique a encore un long chemin à parcourir - des années lumières - avant de pouvoir remplacer le show en direct", a récemment commenté la bible de la mode WWD, estimant que les films diffusés par les marques "manquaient dans l'ensemble d'un facteur +wow+ (..), cet instant quand une collection - ou une seule robe - vous coupe le souffle".

- Masque obligatoire dans les magasins anglais -

La communauté internationale multiplie les restrictions sanitaires et mesures de reconfinement pour tenter d'endiguer le nouveau virus dans l'attente de la mise au point d'un vaccin, une course effrénée dans laquelle sont engagés de nombreux laboratoire.

La Californie, l'un des principaux foyers de la maladie aux États-Unis et premier État du pays à imposer un confinement général en mars, a annoncé lundi l'élargissement à tout l'État de la fermeture des bars, salles de restaurant en intérieur, cinémas, zoos et aquariums.

Le retour aux restrictions implique aussi la fermeture d'une série de lieux publics et commerces - parmi lesquels bureaux, centres commerciaux, coiffeurs et lieux de cultes - dans une trentaine de comtés à risque, dont Los Angeles.

En Colombie, environ 3,5 millions de personnes sont à nouveau strictement confinées depuis lundi dans les deux principales villes, Bogota et Medellin. Hong Kong et le Québec ont également annoncé de nouvelles mesures pour tenter d'enrayer la contagion.

Après de longues hésitations, le gouvernement britannique a décidé de rendre le port du masque obligatoire dans les magasins en Angleterre à partir du 24 juillet pour éviter une reprise de l'épidémie, mesure saluée comme salutaire mais tardive.

Une deuxième vague de nouveau coronavirus cet hiver pourrait en effet faire jusqu'à 120.000 morts dans les hôpitaux du Royaume-Uni dans un "scénario du pire raisonnable" sans préparation adéquate, selon une étude de l'Académie des sciences médicales.

burx-amd/pz




 

Vos commentaires