En ce moment
 
 

Le libre-échange envisagé pour assurer l'approvisionnement alimentaire mondial

Le libre-échange envisagé pour assurer l'approvisionnement alimentaire mondial
 
 

(Belga) La libéralisation des échanges commerciaux internationaux pourrait compenser les conséquences du réchauffement climatique sur l'approvisionnement alimentaire et réduire le nombre de personnes souffrant de la faim, indique une étude réalisée par une équipe internationale de chercheurs composée de scientifiques des États-Unis, d'Autriche, du Japon et de Belgique (de l'université KU Leuven), dont les résultats ont été publiés dans la revue scientifique Nature Climate Change.

Le réchauffement climatique a des conséquences importantes sur l'agriculture dans le monde entier, avec des différences évidentes entre les endroits. À l'avenir, une quantité suffisante de nourriture resterait disponible dans l'hémisphère nord, mais dans des régions telles que l'Afrique subsaharienne ou l'Asie du Sud, la baisse du rendement des cultures pourrait entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires et une forte augmentation du nombre de personnes souffrant de famine. "Lorsque, par exemple, des régions comme l'Europe et l'Amérique latine, où le blé et le maïs abondent, augmentent leur production et exportent des denrées alimentaires vers des régions soumises à une forte pression due au réchauffement climatique, il est possible de réduire les pénuries alimentaires", explique la doctorante Charlotte Janssens (KU Leuven). Les chercheurs ont étudié 60 scénarios ayant pour horizon 2050, chacun avec une politique commerciale différente combinée à un changement climatique allant de 2 à 4 degrés de réchauffement. Dans le cadre des restrictions commerciales actuelles, le scénario le plus pessimiste d'un réchauffement de 4 degrés impliquerait que 55 millions de personnes supplémentaires souffrent de la faim. Si les régions vulnérables ne pouvaient pas augmenter leurs importations alimentaires, ce nombre passerait à 73 millions. En revanche, si les barrières commerciales étaient supprimées, ce nombre serait limité à 20 millions. Dans les scénarios plus modérés, le libre-échange pourrait même empêcher que davantage de personnes ne meurent de faim à cause du réchauffement climatique. Les droits de douane à l'importation constituent des obstacles importants au commerce international des denrées alimentaires, car ils augmentent le coût d'importation des cultures vivrières de base telles que le blé, le maïs ou le riz. Il existe en outre d'autres obstacles tels que des problèmes logistiques, par exemple de mauvaises routes ou des ports non aménagés pour le chargement et le déchargement des navires porte-conteneurs. Des procédures commerciales complexes peuvent également faire augmenter les coûts commerciaux. Cependant, en temps de crise, les pays ont tendance à adopter une position protectionniste. Par exemple, depuis le début de l'actuelle crise du coronavirus, une dizaine de pays ont fermé leurs frontières à l'exportation d'importantes cultures vivrières. (Belga)




 

Vos commentaires