En ce moment
 
 

Des "feux de camp" bouillonnant: le Soleil n'a jamais été observé d'aussi près, voici les images (vidéo)

Des
© NASA
 
 

On n'avait jamais observé le soleil d'aussi près: les premières images livrées par la sonde Solar Orbiter montrent des "feux de camp" bouillonnant tout près de la surface solaire, pouvant expliquer l'un des mystères de notre étoile.

Ces phénomènes jusqu'ici inconnus pourraient en effet éclairer le fait qu'il fasse plus chaud dans la couronne solaire, à des millions de kilomètres, qu'à la surface même de notre astre, un écart qui défie les lois de la nature. Après 10 mois de voyage, la mission euro-américaine a livré jeudi de premières images scientifiquement prometteuses, grâce à ses six télescopes d'observation conférant au véhicule spatial une capacité unique à prendre des images de la surface de l'astre.

"Jamais le soleil n'avait été pris d'aussi près !", s'est félicitée auprès de l'AFP Anne Pacros, responsable de la charge utile de la mission Solar Orbiter, collaboration entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et la Nasa, qui a décollé de la Terre le 10 février.

Prises à 77 millions de kilomètres de l'étoile (environ la moitié de la distance Terre-Soleil), ces premières images rapprochées ont identifié un phénomène nouveau: des "feux de camps", mini-éruptions solaires omniprésentes proches de la surface, a détaillé l'ESA lors d'une conférence de presse. "Le Soleil semble peut-être calme à première vue, mais quand nous regardons en détail nous pouvons voir ces éruptions miniatures partout où nous regardons", commente David Berghmans de l'Observatoire royal de Belgique, investigateur principal de l'instrument de télédétection "Extreme Ultraviolet Imager" (EUI).

Des "feux de camps"

Ces "feux de camps", pas visibles en détail jusqu'ici, "sont petits comparés aux éruptions solaires géantes que nous pouvons observer depuis la Terre, des millions ou des milliards de fois plus petits", indique le physicien. Ils feraient tout de même environ 400 kilomètres - la taille d'un pays. Une définition plus précise à l'avenir permettra d'en voir de plus petits, espère-t-il.

Les scientifiques ignorent encore si ces "feux" sont une simple version miniature des grosses éruptions ou résultent de mécanismes différents. Mais des théories affirment déjà qu'ils pourraient contribuer au chauffage de la couronne solaire, phénomène jusqu'ici inexpliqué.

La couronne solaire, la couche la plus extrême de l'atmosphère du Soleil qui s'étend sur des millions de kilomètres dans l'espace, dépasse en effet le million de degrés alors que la surface du Soleil atteint "seulement" 5.500 degrés: cet écart gigantesque est contraire aux lois de la physique, qui veulent que plus on s'éloigne d'une source de chaleur, plus la température baisse. Comprendre ces mécanismes est considéré comme le "Graal" de la physique solaire, souligne l'ESA. 

Images inédites

Solar Orbiter a de nombreux autres objectifs, dont celui de comprendre comment le Soleil contrôle l'héliosphère, ce milieu magnétique ambiant qui régit l'espace interplanétaire, grâce à quatre instruments "in situ" mesurant l'environnement près du véhicule. Elle doit aussi étudier les tempêtes chargées de particules énergétiques, provoquées par les éruptions solaires, et qui peuvent perturber significativement réseaux de télécommunications et réseaux terrestres d'électricité - ce qu'on appelle la "météorologie spatiale".

Des images inédites des pôles de l'astre, "terra incognita", devraient aussi être dévoilées d'ici 2025, permettant peut-être d'éclairer le fonctionnement du champ magnétique solaire, a détaillé Sami Solanki, directeur de l'Institut Max-Planck de recherche sur le système solaire. Ces premières images ne sont qu'un début, la mission Solar Orbiter n'étant pas encore entrée dans la phase de prises de données scientifiques. Destinées à vérifier que tous les instruments fonctionnent, "elles dépassent nos espérances", s'est réjoui David Müller, responsable scientifique du projet.

D'ici mars 2022, la sonde reviendra encore plus près du Soleil, après s'être rapprochée de Vénus et de la Terre, dont la gravité lui permettra de se repropulser vers son orbite finale, à 42 millions de kilomètres du Soleil. Sa mission d'au moins dix ans doit compléter celle de la sonde américaine Parker Solar Probe, qui s'est approchée bien plus près du Soleil, mais ne peut embarquer de tels instruments.




 

Vos commentaires