En ce moment
 
 

Grande avancée dans la lutte contre le coronavirus: 2 vaccins pourraient être disponibles dès octobre

  • Un vaccin contre le coronavirus pour octobre ?

  • Coronavirus: l''avis d''Yves Van Laethem à propos d''un vaccin annoncé pour octobre

  • Bel RTL Invité 7h15

 
 
CORONAVIRUS
 

Deux vaccins contre le coronavirus pourraient être disponibles dès octobre. L'information nous a été révélée par Pascal Soriot, le PDG d'AstraZeneca, au micro de Fabrice Grosfilley ce mardi matin. 

La firme développe un vaccin, en Europe alors qu'une autre firme en développe un autre à Boston. La fabrication se fera en partie en Belgique. "Ces tests ont déjà commencé. Nous avons fait une étude de phase 1 en Angleterre qui a enrôlé 1.000 patients et qui vient de se terminer. Nous avons commencé la phase 3 sur 10.000 patients en Angleterre", a indiqué le PDG. Avant d'ajouter: "Si tout se passe bien, on aura les résultats des essais cliniques en août/septembre. On fait la fabrication en parallèle. On sera prêt à livrer à partir du mois d'octobre si tout va bien".

La firme Moderna, basée à Boston, pourrait aussi produire un vaccin avant la fin de l'année.

Ce n'est pas une course pour devenir riche

Jusqu'à présent, la date de livraison du vaccin contre le coronavirus était annoncée pour début 2021. Une livraison dès octobre est donc une grande nouvelle. "On s'est engagés auprès de la communauté européenne, des Etats-Unis et de l'Angleterre à livrer au 4e trimestre, à commencer au mois d'octobre", a indiqué Pascal Soriot sur Bel RTL. Il serait commercialisé au prix de 2 euros.

Aujourd'hui, 200 laboratoires œuvrent actuellement pour trouver un vaccin contre le coronavirus. 8 d'entre eux sont plus avancés et sont déjà au stade des tests. De son côté, le PDG d'AstraZeneca refuse de parler de course au vaccin. "C'est une course contre le virus. On s'est engagés à ne pas faire de profit dans cette opération. On va fournir le vaccin à prix coûtant durant la pandémie. Ce n'est pas une course pour devenir riche mais pour régler le problème de cette pandémie terrible"

AstraZeneca a signé un accord avec 4 pays: la France , Allemagne, Italie et Pays-Bas pour la fourniture de 400 millions de doses de vaccins. Pour ces 4 gouvernements, c'est l'assurance d'être fournis en premier quand le vaccin arrivera. Cet accord permet d'apporter des fonds à la production du vaccin, "de façon à ce qu'on puisse engager nos sous-traitants et nos partenaires", précise Pascal Soriot.

A l'heure actuelle, on ne sait pas combien de temps le vaccin sera efficace. "On pense que ça protégera environ un an", souligne le PDG. 

Des doses pour la Belgique?

Maggie De Block avait critiqué cet accord signé entre 4 pays européens. La ministre de la Santé préfère soutenir la Commission européenne. Elle prévoit des contrats d’achats anticipés avec plusieurs firmes pharmaceutiques. Au micro de Fabrice Grosfilley, le PDG d'AstraZeneca réagit: "Il n'y aura ni premier, ni dernier dans cette livraison de vaccin. Tous ceux qui souhaitent être livrés le seront. Si un pays décide que ça ne l'intéresse pas, il ne sera bien entendu pas livré. Il fallait bouger très vite, je pense qu'il faut remercier ces 4 pays qui ont pris les devants et qui l'ont fait au nom de la Communauté européenne". 

La Belgique ne fait pas partie de l'accord. Des doses seront-elles tout le même livrées? "Absolument. Ils (les 4 pays ndlr) se sont mis d'accord avec nous sur un accord de livraison. Et maintenant, ils demandent aux pays européens de les rejoindre. Tous les pays européens qui veulent se joindre à cet accord peuvent le faire dès maintenant", a indiqué le PDG d'AstraZeneca.

Un vaccin en partie made in Belgium

Le principe actif de ce vaccin sera produit par l'entreprise Novasep à Seneffe, dans la province du Hainaut. Si le vaccin fonctionne et arrive sur le marché, une centaine d'emplois pourraient être créés en Belgique. "C'est une affaire très européenne: de la fabrication en Belgique, en Italie, en Allemagne. Et c'est la preuve que c'est l'Europe qui doit répondre à ce genre de pandémie", souligne Pascal Soriot. 

 




 

Vos commentaires