En ce moment
 
 

Les tests de Mathieu: voici le smartphone Android LE PLUS VENDU dans le monde cette année, avez-vous bien fait de l'acheter ?

Les tests de Mathieu: voici le smartphone Android LE PLUS VENDU dans le monde cette année, avez-vous bien fait de l'acheter ?
 
Les tests de Mathieu
 

Le Samsung Galaxy A51 est le téléphone sous Android qui a convaincu le plus de gens sur les trois premiers mois de l'année. 6,8 millions d'acheteurs dans le monde, c'est une belle performance. Mais les gens ont-ils craqué pour une belle promo (299€ à l'heure actuelle), ou bien ont-ils été judicieux dans leur choix ? Réponse au bas de ce test.

Je parle souvent des smartphones haut-de-gamme, car ce sont ceux-là que les constructeurs et les agences de communication envoient aux journalistes pour des tests. Vitrines technologiques des grandes entreprises asiatiques, ils ne sont généralement pas les modèles les plus vendus au grand public.

Le géant coréen Samsung a beaucoup fait parler de lui au début de l'année, avec un Z Flip pliable (voir mon test) et un S20 Ultra en pleine forme (voir mon test). Mais c'est pourtant l'A51 qui est le smartphone Android le plus vendu du début de l'année (janvier, février et mars) 2020. Il s'est écoulé à 6,8 millions d'unités à travers le monde, devançant de justesse les Redmi Note 8 et Note 8 Pro (qui font respectivement 6,6 et 6,1) de Xiaomi. Bien sûr, au sommet de la hiérarchie, loin devant, il y a l'iPhone 11 sorti l'automne dernier (19,5 millions !).


 

Le dessus de l'entrée de gamme

Si Samsung a beaucoup modifié sa gamme de smartphones au fil des ans, elle semble avoir trouvé une constante: il y a la série S qui est le haut-de-gamme, les Note qui sont généralement plus grands et équipés d'un stylet, puis la série A, plus abordable.

L'A51 n'est pas le téléphone le moins cher de la gamme A. Il coûtait 369€ à son lancement, mais on le trouve déjà en magasin, en Belgique, à 299€. Soyons clair: il est le compromis parfait et sa fiche technique n'a pas à rougir :

  • Il intègre un grand écran AMOLED (couleurs vives, bien lumineux, noirs profonds) de 6,5" avec des bordures relativement étroites et un poinçon pour la caméra frontale. Et c'est du Full HD+, donc 2400 x 1080 pixels.
  • Il est bien à jour au niveau logiciel: Android 10 (avec mise à jour de sécurité du mois d'avril 2020, c'est rare sur un smartphone de cette gamme), avec la Samsung One UI en version 2.1. Cette surcouche logicielle est parfois envahissante (Samsung veut que vous utilisiez son propre magasin d'applications, son propre cloud, son propre assistant, etc), mais elle est une réussite au niveau esthétique et de la stabilité.
  • Il offre un stockage interne de 128 GB, ce qui est préférable à l'heure actuelle vu la taille et la gourmandise grandissantes des applications populaires.
  • Il arbore un look & feel assez réussi. On sent que c'est assez léger (172 grammes) mais les angles sont arrondis, la prise en main est bonne et il y a un motif géométrique élégant à l'arrière.
  • Comme beaucoup d'appareils entrée de gamme, il est équipé d'une prise mini-jack pour brancher n'importe quel casque ou autoradio.
  • Il a un capteur d'empreinte sous l'écran, une option qui devient indispensable en 2020.
  • Il offre une belle polyvalence en photo avec 4 capteurs à l'arrière: un principal à 48 MP, un grand angle à 12 MP, un macro (pour les plans très rapprochés) à 5 MP et un capteur de profondeur pour réussir les portraits. Et franchement, vu le prix, ils ne s'en sortent pas mal du tout, surtout en plein jour.
  • La batterie de 4.000 mAh permet de tenir au moins jour, presque deux si vous ne passez pas votre journée à l'allumer. C'est très raisonnable.

Bien entendu, à 299€, et vu ce que je viens d'écrire, il faut s'attendre à quelques concessions bien légitimes. Mais sincèrement, elles ne sont pas très handicapantes :

  • Il y a d'inévitables lenteurs dans l'interface. Avec la puce Exynos 9611 et 4 GB de RAM, l'A51 ne fait pas de miracle. Le plus dérangeant, pour ceux comme moi qui ont l'habitude des appareils haut-de-gamme, c'est de devoir attendre une ou deux seconde(s) au lancement/changement d'application, pour voir la photo qu'on vient de prendre, etc.
  • Même si la finition est correcte, l'appareil est en plastique, et ça se sent quand on le manipule.
  • Il manque des options propres aux haut-de-gamme: il est équipé de la charge rapide 15W, (donc 0 à 100% en environ 1h40), alors que l'Oppo Find X2 Pro (60W, voir mon test) se recharge en 35 minutes. Il ne prend pas en compte la charge sans fil, il n'offre pas la 5G, n'est pas étanche et n'a pas de haut-parleurs stéréo.


 

Conclusion

Non, le grand public ne s'est pas fait avoir par des promos alléchantes, et n'a pas été trop radin. Le Samsung Galaxy A51, smartphone le plus vendu des trois premiers mois de l'année, coûtait au départ 369€ (mais se trouve déjà en Belgique à 299€). Ce n'est donc pas le prix plancher, mais vu que les flagships dépassent désormais régulièrement les 1.000€, c'est un prix très raisonnable.

Et avouons-le: les concessions sont légères. Certes, l'interface n'est pas très réactive, et la finition en plastique ne fait pas rêver. Pour le reste (bel écran AMOLED, 128 GB de stockage interne, 4 capteurs photo, logiciel bien à jour), l'A51 prouve que Samsung a trouvé la bonne formule, et le juste prix, pour reconquérir un segment autrefois réservé à Huawei. Mais le géant chinois a disparu, pour le moment (voir mon test du P40 Pro).


 
 
 
 
 
 

 




 

Vos commentaires