En ce moment
 
 

Une pénurie à venir? "Il faut se préparer à des situations comme celle-là de plus en plus souvent" (vidéo)

 
 

Deux mois sans précipitations ou presque... Même si la pluie est de retour depuis vendredi, les sécheresses d'avril et mai auront des répercussions sur les réserves en eau dans notre pays dans les mois d'été.

Pourrait-on manquer d'eau dans les années qui viennent dans nos régions? "En tout cas, il faut se préparer au cours des étés qui viennent moins de pluie en moyenne que ce que nous avons eu par le passé", a répondu Jean-Pascal Van Ypersele, professeur de climatologie et de sciences de l'environnement à l'Université Catholique de Louvain (UCL), lors de son passage dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche (RTL-TVI). "S'il ne pleut pas plus dans les semaines qui viennent, on risque d'avoir une sécheresse comparable à celle de l'été 1976 ou celle de 2018. Donc, il faut se préparer en Belgique, en Wallonie en particulier, à des situations comme celle-là de plus en plus souvent".

Quelles solutions a notre pays pour endiguer ce phénomène? "Il faut continuer et amplifier la lutte contre les changements climatiques car la raison de base de cette diminution de pluie dans nos régions, ce sont bien les changements climatiques. D'autre part, il faut aussi apprendre à préparer des plan d'adaptation, d'apprendre à gérer mieux l'eau, apprendre à moins la gaspiller, peut-être revoir les réseaux de distribution, voire aussi comment du côté de l'agriculture on peut utiliser des espèces qui demandent moins d'eau que les espèces qu'on cultive maintenant. Il y a toute une série de mesures qui pourraient faire partie d'un grand plan d'adaptation qui je pense est en préparation mais pas encore en place".

Le professeur de climatologie et de sciences de l'environnement est-il inquiet pour l'avenir? "Je pense que nos amis flamands ont davantage de soucis à se faire sur le manque d'eau car, contrairement à la Wallonie, ils n'ont pas de grande rivière dans lesquelles ils peuvent puiser de l'eau mais tout de même il faut se préparer, même si la situation est actuellement gérable, dans les années qui viennent à des situations qui seront plus difficiles encore. Donc, oui, je suis inquiet tant qu'on ne se prépare pas mieux. Je pense que des plans sont en préparation et il faut voir si ces plans sont mis en en oeuvre bientôt", a-t-il conclu.




 

Vos commentaires