En ce moment
 
 

Les écoles rouvertes début mai? Des mamans très inquiètes, le TEC demande des précisions sur les mesures à suivre

  • L’école est finie (ou pas) ?

  • Coronavirus en Belgique: l''éventuelle réouverture des écoles fait débat

 
 
CORONAVIRUS
 

Les écoles pourraient rouvrir dès le 4 mai et certains en sont déjà inquiets. Comment va-t-on organiser le retour à l’école des enfants et des étudiants ? Comment faire respecter les règles sanitaires aux enfants ?

Les professeurs et les enfants sont-ils envoyés "au front" sous prétexte de relancer notre économie? Comment nos enfants vont-ils se rendre à l’école tout en respectant les distances sociales ? 

Certains parents avertissent déjà: hors de question de remettre leurs enfants à l’école avant septembre, quitte à redoubler une année scolaire. 

"Peut-on garantir leur sécurité ?", s'interroge Laurie qui a témoigné dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche. "Ils sont confinés depuis le 16 mars. Ils n’ont eu aucun contact avec le monde extérieur. Ce serait les remettre dans le bain avec des personnes qui risqueraient d’être contaminés. (...) Je préfère que mon fils perde une année scolaire que la vie. Des personnes ont déjà doublé une année scolaire. Ce n’est pas pour ça qu’elles sont en échec total dans leur vie."

"On ne peut pas garantir leur sécurité", estime de son côté Sandy. "Il est hors de question de remettre mes 5 enfants à l’école sans savoir si toutes les précautions peuvent être respectées par les institutrices et tout le reste. Mais est-ce que légalement, les parents peuvent prendre la décision de ne pas remettre leurs enfants à l’école ?"

"Actuellement, quand on a un certain nombre de jours d’absence injustifiés, on ne touche plus d’allocations familiales. Vous êtes prête à faire ce sacrifice ?", a souligné Christophe Deborsu.

"Tout à fait, oui. Trois de mes enfants prennent le bus. C’est un risque supplémentaire. Je n’ai pas le permis de conduire donc je ne peux pas les conduire à l’école. Forcément, je me demande ce qui va être mis en place à ce niveau-là", ajoute Sandy. 

> CORONAVIRUS en Belgique: les dernières infos

De nombreux élèves prennent par ailleurs habituellement les transports en commun. Si le TEC se dit en mesure de pouvoir les faire voyager, il souligne que la règle de distanciation sociale va rendre l'opération "impossible". 

"C’est une question-clé que se pose tout le transport public", indique Stéphane Thiery, le directeur du TEC. "Pour l’instant, on serait en mesure opérationnellement d’aller vers les écoles si elles rouvrent leurs portes. L’autre aspect est le respect de la distanciation sociale. Pour le moment, 1,5 mètre c’est 5 personnes dans un bus standard, 12 dans un articulé et 5 dans un tram. Si les écoles rouvrent, on se sera dans l’incapacité d’amener tous les jeunes à l’école. C’est impossible. Si on doit respecter la distanciation, il est mathématiquement impossible d’amener tous les enfants à l’école. Les règles doivent être très claires pour le personnel et les élèves."

Herman Goossens, microbiologiste à l’Université d’Anvers, indique que c'est une des raisons qui pousserait à ouvrir les écoles primaires avant les secondaires. "C’est pour ça que je pense qu’il faut commencer avec les écoles primaires puis les écoles secondaires. Car là, effectivement, ils prennent beaucoup plus le transport public. Il y a plus de risques. (30.000 voyages par jour en primaires, 230.000 voyages par jour en secondaires) Il faut dédramatiser le risque. Est-ce que chaque année quand il y a une épidémie de grippe et que les enfants peuvent la transmettre aux grands-parents, va-t-on chaque année fermer les écoles ? Non. Or, il y a beaucoup plus de risques pour les grands-parents que maintenant. Ce qu’on sait maintenant, c’est que ce virus, on ne le trouve pas chez les enfants en dessous de 10 ans", a-t-il conclu. 

> CORONAVIRUS: toutes les infos

"Il ne faut pas exclure une rentrée avant la fin juin", a ajouté Pierre-Yves Jeholet, le Ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles. "On ne prendra au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles aucun risque si les normes de santé et de sécurité ne sont pas respectées. C’est illusoire de penser qu’on pourra recommencer avec toutes les années primaires, secondaires…et avoir des bus bondés. Si pour cela que les hypothèses sur lesquelles les experts travaillent aujourd’hui, prévoient de faire cela progressivement."

Une première réunion est prévue demain pour évoquer le sort des rhétos qui terminent leur cycle. La réouverture des écoles est au programme du conseil national de sécurité vendredi prochain.

> CORONAVIRUS: la carte mondiale de la propagation

 




 

Vos commentaires