En ce moment
 
 

"On m'a mis en quarantaine": confiné chez lui depuis 7 jours, Erwin ne sait toujours pas s'il est atteint du coronavirus (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

Erwin Gerard, un père de famille, est cloîtré chez lui depuis son retour de vacances. L'homme a passé un séjour en Italie . Ressentant des symptômes ressemblants à ceux du coronavirus, il a suivi les consignes à la lettre en restant chez lui. Après avoir contacté un médecin, il a subi des analyses à domicile dimanche dernier. Mais une semaine plus tard, il ne sait toujours pas s'il est malade. Il dénonce cette situation dans C'est pas tous les jours dimanche.

Erwin Gerard, en quarantaine depuis son retour d'Italie, s'est exprimé via Skype. L'homme qui vit dans la région namuroise ne connaît toujours pas le résultat de ses analyses faites dimanche à 21 h. En attendant le diagnostic, il ne peut plus voir ses enfants et reçoit ses repas à domicile. 

"C'est très compliqué. C'est vraiment cet aspect-là qui m'ennuie. Je suis peut-être confiné chez moi pour rien. On m'a mis en quarantaine jusqu'à aujourd'hui. Donc, aujourd'hui la période se termine et je n'ai toujours pas le résultat", expliqué l'homme dans C'est pas tous les jours dimanche . Ce dernier se demande s'il peut sortir de chez lui. 

"C'est un problème pour moi et je pense qu'il n'y a que mon livreur de pizzas qui est content, car il vient me livrer régulièrement. Donc, pour lui, c'est une bonne affaire, mais pas pour moi", a lancé le père de famille. Erwin explique qu'il est très prudent et n'entre pas en contact avec le livreur. "Je fais un paiement à distance et je demande qu'il dépose les plats sur les escaliers devant la porte et quand il part, j'ouvre et je prends mes plats", a-t-il détaillé.

"Ce qui m'ennuie, c'est que j'ai bien respecté toute la procédure. Je ne me suis pas rendu dans un hôpital pour faire les tests, etc. J'ai lu la procédure, j'ai contacté un médecin et on a fait les examens et là, j'ai l'impression que je ne suis pas prioritaire parce que je suis chez moi. Donc ça m'ennuie. On me parle de tri sur base de critères, mais je pense que le seul critère qui fait que je ne suis pas prioritaire est que je suis chez moi. Car je reviens de Lombardie, j'ai de la fièvre, une toux. Donc, au niveau médical, les symptômes sont là. Mais je suis chez moi, donc je suppose que je n'emmerde personne en étant chez moi", a précisé le Belge. 

"C'est une situation vraiment problématique"

"C'est embarrassant qu'on n'ait pas une capacité de diagnostics significative. Car si on n'a pas une capacité de diagnostics rapide, ca compromet toute une série de stratégies qui visent à identifier les personnes à risques et que ces personnes s'isolent elles-mêmes et des choses comme ça. C'est une situation vraiment problématique. Je ne sais pas quels sont les éléments qui ont amené à cette situation au niveau belge, mais c'est vraiment un problème", a expliqué Marius Gilbert-service d'épidémiologie spatiale-ULB, avant d'ajouter: "Je pense que si c'est situation perdure - un diagnostic retardé par rapport à une situation idéale - on va devoir arriver plus vite à des situations d'isolement social, car l'épidémie va s'accroître plus vite".

Quelles sont les consignes à suivre si on présente des symptômes et qu'on revient d'une région avec des cas déjà recensés ?

Les consignes sont les mêmes pour tout le monde. Une personne qui présente de symptômes grippaux en général : apparition brutale de température (à partir de 38 ), signes respiratoires, dyspnée (difficulté respiratoire) etc. qui revient d’une région à risque (nord de l’Italie, pays asiatiques, le département de l’Oise en France…) dans laquelle elle a séjourné dans les 14 jours. Dans ce cas-là, il faut prendre des précautions particulières: il faut téléphoner au médecin généraliste, surtout ne pas se rendre aux urgences parce que là on va entrer en contact avec un tas d’autres personnes, si jamais on est porteur du virus on va le diffuser. Donc téléphoner au médecin, lui expliquer la situation et le médecin soit ira à domicile, soit fera venir le patient à un moment où il n’y a personne dans sa salle d’attente.

Quels sont les groupes à risque ?

Les groupes à risque sont les personnes âgées et les personnes fragilisées (maladies chroniques).

Où trouver des explications sur le coronavirus ?

Il y a deux sites internet:

www.sciensano.be
www.info-coronavirus.be

 




 

Vos commentaires