En ce moment
 
 

"Il y a au moins 100.000 personnes contaminées par le coronavirus en Belgique": pourquoi ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

Le coronavirus en Belgique aurait touché au moins 100.000 personnes. Ce serait alors 90.000 de plus que les 10.000 cas officiels révélés par l'Institut de santé publique ce dimanche. Mais cette estimation n'est pas forcément une mauvaise chose, selon plusieurs experts.

Dans son dernier rapport, publié ce dimanche, l'institut de santé Sciensano a annoncé que 629 personnes ont été hospitalisées au cours des dernières 24 heures en raison de leur infection au nouveau coronavirus. Au total, 4.138 lits sont occupés par des personnes atteintes de la maladie Covid-19, dont 867 en soins intensifs. Et 431 décès sont à déplorer, soit 78 de plus qu'hier/samedi. En outre, 1.702 personnes ont été testées positives au nouveau coronavirus, ce qui porte le total des cas de contamination avérés en Belgique à 10.836.

Il faut toutefois noter que ces données ne reflètent pas le nombre exact de personnes infectées dans le pays, les tests n'étant pas généralisés à toute la population. C'est ce qu'a notamment rappelé Marc Van Ranst, virologue et épidémiologiste à l'université de Louvain (KUL), dans l'émission C'est pas tous les jours dimanche (RTL-TVI). "Oui, sans doute. Et c'est bien parce qu'ils produisent des anticorps. 100.000 personnes? C'est probablement plus haut que ça".

"Ce n'est pas un problème"

Une affirmation reprise par Marius Gilbert, épidémiologiste l'université libre de Bruxelles (ULB). "Marc Van Ranst parlait de toutes les personnes confondues y compris les asymptomatiques. Dans mon estimation, c'étaient 100.00 personnes qui présentent des signes cliniques et qui appellent l'hôpital. Mon chiffre approximatif était de 100.000, mais il faut compter les personnes asymptomatiques et les personnes qui font des signes cliniques (un peu de fièvre, par exemple), et qui n'appellent pas l'hôpital. Combien en plus? C'est très difficile à dire".

Mais ce n'est pas une mauvaise chose, dit-il: "On souhaite que ça ralentisse pour protéger notre capacité hospitalière, mais ce n'est pas un problème car d'une part, le taux de décès rapporté à l'ensemble des personnes infectées est sans doute plus faible que ce qui avait été estimé précédemment, ce qui est une bonne nouvelle, et d'autre part, toutes ces personnes-là sont susceptibles de développer une immunité. Un aspect qui va être très important dans les prochaines semaines, ce sera de développer note capacité à mesurer cette croissance de l'immunité et là il y a énormément de choses qui peuvent être faites".

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19.

> CORONAVIRUS BELGIQUE: CARTES de répartition par province, âge et sexe

 




 

Vos commentaires