En ce moment
 
 

Test, prise de température: comment contrôle-t-on dans nos aéroports?

 
 

Comment les passagers revenant des zones à risques en Belgique sont-ils contrôlés ? Michaël Menten, journaliste pour RTL Info, s'est rendu à l'aéroport de Bruxelles pour voir comment cela se passait sur place. "Pas de test obligatoire à la sortie de l'avion pour les passagers mais l'idée est tout de même sur la table. Des discussions sont en cours avec les autorités et les experts mais cela prend du temps à organiser", nous informe notre journaliste. Pour l'instant, la prise de température via caméras thermiques est le seul contrôle réalisé à la sortie de l'avion. "C'est un système que nous organisons mais la quarantaine ou le test médical n'est pas organisée par l'aéroport", explique la porte-parole de Brussels Airport, Nathalie Pierard. Tous les voyageurs sont concernés, qu'ils reviennent de zones vertes, oranges ou rouges.

De fait, il y a toujours des vols qui partent et qui reviennent de zones rouges. Notre journaliste a croisé ce matin des voyageurs revenant de ces zones à risques. Certains revenaient "du Canada, du Liban, d'Istanbul et d'Abou Dhabi, des pays qui se trouvent en dehors de l'Union européenne et de l'espace Schengen", précise Michael Menten. En général, ces voyageurs ont déjà été prévenus que dès leur arrivée en Belgique, c'est quarantaine et dépistage obligatoires. Ces changements de couleurs ont évidemment des conséquences sur l'aéroport. "Ce n'est pas l'aéroport qui détermine les zones rouges, vertes ou oranges mais évidemment, ça a des répercussions pour l'aéroport. Si vous ne pouvez pas voyager vers une zone rouge, ça veut dire aussi moins de passagers. Les passagers doivent vraiment s'informer dans quelles zones ils sont, dans quel pays ils vont quand ils reviennent puisque la couleur peut changer", précise la porte-parole de Brussels Airport.




 

Vos commentaires