En ce moment
 
 

Les milliers de mariages reportés ou annulés engendrent de nouveaux soucis pour les vendeurs de robes: voici comment ils s'adaptent

 
CORONAVIRUS
 

C'est l'une des conséquences du coronavirus : il y a eu 15.000 mariages de moins entre mars et juin 2020 par rapport à l'année passée à la même période. Le confinement et les règles de distanciation ont entraîné des annulations à la pelle. Six mariages sur dix ont été annulés en Wallonie et ce n'est pas fini. Conséquence : les vendeurs de robes de mariée ne savent plus où mettre les pièces en attente

Dans cette boutique spécialisée de Charleroi, les combles ont été investies afin de stocker plus de 200 robes. Autant de futurs époux qui reportent leur union, certains en novembre 2021.

"C'est triste d'avoir les les jeunes filles au téléphone. Certaines ont reporté deux fois déjà. Il y en a beaucoup qui avaient reporté en août septembre, ceux qui devraient se marier en avril-mai. Et là... il y a des jeunes filles qui étaient vraiment très très tristes", déplore Nathalie Charlot, gérante d'une boutique de mariage. 

Il y a des robes partout et une couturière qui a moins joué des aiguilles. Avec les reports, il faut maintenant s'adapter aux prises de poids et aux grossesses surprise. Il y en a déjà 6.

"Il y a eu déjà des clientes qui sont enceintes et qui seront sûrement à cinq-six mois , et si on ne sait rien faire, éventuellement on peut faire un échange. À moment-là, on en prend une autre. Les mariées rentreront quand même dans leur chambre, on a toujours une solution", relativise Lucrezia Golasso, couturière spécialisée dans les robe de mariée. 

La saison des mariages n'a pas eu lieu : moins d'alliances, se sont aussi moins d'habits de cocktails, un baisse de 30%. 

"Les personnes attendaient la confirmation que les mariages aurait lieu puisque les délais pour avoir une robe de cocktail sont beaucoup plus courts. Et donc, il n'était pas nécessaire de s'y prendre à l'avance. Mais là, les clients ne ne viendront pas puisque pratiquement tous les mariages sont reportées", ajoute la gérante.

Moins de robes de suite et de cocktails mais une nouveauté : la seconde robe de mariée. 

"Des mariés qui ont donc reporté leur mariage et qui nous laissent leur robe en stock chez nous et nous achètent une robe plus simple pour quand même maintenir le mariage civil à la commune. C'est une robe qu'elles pourront quand même remettre le jour de la fête, le soir après, pour pouvoir danser et faire des rocks endiablés", souligne encore Nathalie Charlot. 

Un point positif pour le chiffre d' affaires du secteur : le mariage en deux temps est devenu une tendance.

 




 

Vos commentaires