En ce moment
 
 

Les médecins généralistes ont reçu une procédure pour limiter l'épidémie de coronavirus: la consultation se fait d'abord par téléphone

 
 

Les médecins généralistes ont reçu une feuille de route hier soir pour traiter les cas de coronavirus. Deux principes généraux : la consultation se fait d'abord par téléphone et le médecin peut décider de placer un patient en quarantaine même s'il ne revient pas de Chine ou d'Italie et sans passer de test. L'objectif est de limiter à tout prix la propagation de l'épidémie.

Le document a été transmis hier soir par le Collège de médecine générale francophone à plus de cinq mille médecins généralistes. Une feuille de route, en quelque sorte, pour clarifier les choses avec une première consigne en rappel : le tri et la prise en charge des patients doit être téléphonique uniquement.

Chez le Docteur Orban, à Ixelles, c'est une secrétaire qui joue un rôle de premier filtre en posant les premières questions. "Elle me pré-mâche le travail, c'est-à-dire qu'elle va noter le nom, le prénom, le numéro de téléphone et tous les symptômes que les patients décrivent et puis elle me donne la fiche. Dès que j'ai un moment, je rappelle ces patients-là, en général assez vite, dans la demi-heure", raconte le docteur.

Les patients qui présentent des symptômes d'infection respiratoire aiguë sont renvoyés vers l'hôpital

Concrètement ce matin, si vous présentez des symptômes de toux et/ou de fièvre, seul un appel à votre médecin généraliste est conseillé. Un diagnostic sera réalisé pour juger si votre état est inquiétant ou pas.

"Comme le but est de couper la tête à l'épidémie, il faut garder à la maison les gens qui seraient infectés et symptomatiques. Donc à ce moment -là, le médecin traitant s'il se rend compte que votre état général est suffisamment bon, il vous dira de rester à la maison jusqu'à la fin de vos symptômes", explique le docteur Orban.

Pour le médecin généraliste, seul un patient qui présente des symptômes d'infection respiratoire aiguë, et dont l'état clinique inquiète, sera envoyé vers l'hôpital. Une visite annoncée par le docteur. Le testing, lui, sera décidé par l'institution hospitalière.

Pour les médecins, appliquer la procédure de base demande une mobilisation importante

"L'avantage c'est qu'on est nombreux en médecine générale. À Bruxelles, il y a plus de mille médecins généralistes, je pense, presque mille cinq cents. Donc on est quand même disponibles pour répondre à des coups de fil et, aujourd'hui, même si je puis dire qu'il y a une surcharge, mais qui n'est pas en surcharge aujourd'hui dans le système de santé ?, j' ai pu faire face à toutes les demandes", raconte le docteur Orban.

Pour savoir enfin si vous devez ou pas vous rendre au travail, en cas de symptômes éventuels, seul l' avis de votre médecin comptera. Un filtre téléphonique à nouveau.




 

Vos commentaires