En ce moment
 
 

Le docteur Devos craint une "épidémie non-covid" en Belgique: des activités "non-urgentes" vont-elles pouvoir reprendre dans les hôpitaux?

 
CORONAVIRUS
 

Quelle est la demande principale du monde médical avant le conseil national de sécurité ce vendredi? Philippe Devos, le président de la Fédération des syndicats médicaux, a expliqué les attentes de son secteur en répondant aux questions de notre journaliste Olivier Schoonejans dans le RTL INFO 13H.

"On pense à nous permettre de reprendre les activités qui n'étaient pas extrêmement urgentes. Certains rendez-vous pour des patients ont été reportés et si on continue ainsi, leurs problèmes de santé deviendront vitaux et risquent d'être pris trop tard. On aimerait donc reprendre les consultations, de l'imagerie médicale, des scanners, des salles d'opération... pour opérer des choses qui pourraient se compliquer", explique Philippe Devos. "Il y a une urgence sanitaire et un risque d'une deuxième épidémie, l'épidémie non-covid de tous ces gens reportés. Il faut penser à eux tout en pensant aux patients covid. Comme la situation est en train de se calmer, c'est le moment de penser à un plan de relance de tout ça. Il ne faut pas attendre un mois ou deux. J'imagine mal qu'on puisse demander à quelqu'un qui a une boule dans le sein, qui est un cancer, d'attendre encore un moi. Il faut réagir maintenant", souligne-t-il.

Le docteur Devos demande également que tous les patients asymptomatiques soient testés et il recommande le port du masque à tous. "Si on déconfine, il faut se donner plus de chances de ne pas avoir un pic qui survienne dans les semaines qui suivent. Il faut se donner les moyens, de santé et médicaux."

Les hôpitaux sont-ils prêts à redémarrer les activités jugées non-urgentes au milieu de la crise? "Logistiquement, c'est faisable et on a au moins 15 jours pour refaire des stocks et s'y préparer. Pour la question des masques disponibles pour tout relancer ou des sédatifs, si on relance les blocs opératoires du pays, je n'ai pas la réponse. C'est une question que je pose depuis lundi aux autorités mais je n'ai pas encore eu de réponse. J'espère que le conseil national de sécurité aura ces réponses-là", a conclu le président de la Fédération des syndicats médicaux.

> CORONAVIRUS en Belgique: les dernières infos

> DÉCONFINEMENT EN MAI: voici ce que recommandent les experts

 




 

Vos commentaires