En ce moment
 
 

Pas de nouveau déconfinement en Belgique car l'épidémie n'est pas stabilisée, explique la Première ministre

  • Conseil national de Sécurité: un "rebond" de l’épidémie est constaté

  • Sophie Wilmès parle de la préparation à une éventuelle 2ème vague

  • Coronavirus: analyse de la conférence de Sophie Wilmès après le CNS

 
 
CORONAVIRUS
 

Le Conseil National de Sécurité (CNS) s'est réuni ce mercredi pour discuter de la situation de l'épidémie de coronavirus en Belgique et d'éventuels pas en avant dans le déconfinement. Étant donné que le pays est face à un léger rebond des nouveaux cas confirmés de contamination, le CNS a décidé de ne pas aller plus loin dans le déconfinement. Lors d'une conférence de presse, la Première ministre Sophie Wilmès a livré des explications.

"Le taux de reproduction du virus (R0, soit le nombre de personnes qu'une personne contaminée peut infecter) est repassé au-dessus de 1, ce qui n'est pas bon", a commencé la chef de l'exécutif fédéral.

"La situation épidémiologique doit être estimée à sa juste mesure avant l'ouverture d'une nouvelle phase. Nous avons toujours pris une décision quelques jours avant qu'elle entre en vigueur. Donc, jeudi prochain, nous verrons quelle est la situation épidémiologique. La situation ne peut certainement pas s'empirer pour amorcer une phase de déconfinement et cette situation est liée à notre comportement", a poursuivi Sophie Wilmès.

"La reprise des activités nocturnes restent très sensibles sur le plan sanitaire. Elle ne pourra avoir lieu qu'au moment où la situation sanitaire sera stabilisée", a déclaré la Première ministre qui s'est ensuite montrée ferme en précisant que "nous n'interdisons pas pour autoriser des bars bondés et des fêtes improvisées à la sortie des bars, ce sont des comportements dangereux pour la sécurité publique. On constate que la croissance des nouveaux cas est deux fois plus importantes chez les jeunes", a-t-elle encore dit.

Enfin, Sophie Wilmès a communiqué que  la règle de 15 contacts par semaine pour les liens sociaux était maintenue. "C'est contraignant mais vous freinez la contamination de cette manière", a-t-elle dit.

 




 

Vos commentaires