En ce moment
 
 

Maggie De Block veut s'attaquer fermement aux abus relatifs au règlement de Dublin

Maggie De Block veut s'attaquer fermement aux abus relatifs au règlement de Dublin
 
 

(Belga) La ministre de l'Asile et de la migration, Maggie De Block (Open Vld), compte resserrer la vis au sujet des abus dans les demandes d'asile relevant du règlement européen dit de Dublin, rapportent Het Laatste Nieuws et De Morgen lundi. Les migrants qui refusent de quitter le territoire belge pour retourner dans le pays par lequel ils sont entrés en Europe risquent d'être privés de liberté.

En 2019, 11.882 demandes de prises en charge ont été émises en vertu du règlement de Dublin vers d'autres pays européens au sujet d'un demandeur d'asile présent en Belgique. Il s'agit principalement de personnes qui ont déjà demandé l'asile ailleurs en Europe, et donc ne peuvent obtenir le statut de réfugié que dans ce pays. Ce type de situation a augmenté l'an passé jusqu'à constituer près de 43% de toutes les demandes d'asile en Belgique. Sur les 11.882 personnes pour qui une demande en vertu du règlement de Dublin a été émise, seule une sur 10 est en effet retournée dans le pays de la première demande d'asile. Pour éviter que les personnes dans ce cas de figure ne disparaissent des radars, Mme De Block souhaite désormais les priver de liberté. Des places supplémentaires vont être prévues à cet effet dans les centres fermés. Si un demandeur d'asile ne coopère pas avec le projet de retour, la période de transfert sera systématiquement étendue à 18 mois. Selon la ministre, il est de plus en plus fréquent que des demandeurs d'asile tentent d'abuser du système de six mois, au-delà desquels la Belgique devient alors responsable. (Belga)




 

Vos commentaires