En ce moment
 
 

Georges-Louis Bouchez (MR) souhaite que "la N-VA reste le plan A": Sophie Rohonyi (Défi) réagit

 
 

Ce vendredi, les membres du MR connaîtront enfin le nom de leur nouveau président, après avoir voté au second tour des élections. Georges-Louis Bouchez est désigné comme favori face à Denis Ducarme. Dans une interview accordée au journal La Libre, Bouchez évoque ses ambitions pour le MR, et notamment sa position face à la NVA. 

Le politicien, formé en droit, n'a jamais caché ses affinités avec le premier parti de Flandre. Pour former un gouvernement fédéral, façon Bouchez, la NVA serait indispensable. "Je souhaite un gouvernement qui comprendrait le PS et la N-VA, je n’en démords pas", déclare-t-il, en opposition avec la coalition arc-en-ciel de Magnette. "Un gouvernement avec la N-VA reste le plan A."

Selon lui, se passer des premiers partis, côté francophone ou flamand, n'est pas une option. Il va même plus loin : "Je vais être honnête : si je suis élu président du MR, j’aurai plus de chances de faire passer mon programme socio-économique avec la N-VA qu’avec Groen. On ne va pas se mentir."

En revanche, s'il y a un point sur lequel il ne négociera pas, selon ses dires, c'est bien la question communautaire. Si le MR avance avec la NVA, ce ne sera pas pour débattre de la scission du pays.


"Ça va compliquer les choses"

L'extension du délai pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse a été votée hier à la commission de la Justice de la chambre. Sophie Rohonyi, députée fédérale Défi, se réjouit du vote favorable d'hier. Elle était l'invité de 7h50 sur Bel RTL, au micro de Fabrice Grosfilley.

Notre journaliste en a profité pour revenir avec elle sur la déclaration de Georges-Louis Bouchez dans le journal La Libre

Fabrice Grosfilley : "Ça va compliquer les choses ?"

Sophie Rohonyi: "Oui, très clairement : dès le moment où on considère que ce parti, parce qu'il est premier en Flandre, peu importe son objectif politique, doit être autour de la table et être un partenaire privilégié, ça pose problème. Pendant 5 ans, on n'a pas eu de majorité côté francophone, et ça n'a pas posé de problème au MR. Et là, parce qu'il s'agit de la NVA, ça pose un souci."

F.G. : "Il ne suffit pas de changer de président pour que MR et Défi se rapprochent sur ces questions ?"

S.R. : "Non, en tout cas pour Défi, notre position concernant la NVa a toujours été claire, et ne changera pas."




 

Vos commentaires