En ce moment
 
 

Editions de l'Avenir: le ministre de tutelle sera attentif à la procédure d'avis conforme

Editions de l'Avenir: le ministre de tutelle sera attentif à la procédure d'avis conforme
 
 

(Belga) "A ce stade, je prends acte de la décision du conseil d'administration de Nethys de retenir l'offre du groupe IPM pour le rachat du pôle presse des Editions de l'Avenir. Je serai toutefois attentif au respect de la procédure d'avis conforme et c'est à ce moment-là que j'interviendrai en tant que ministre de tutelle", a affirmé le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, mardi, en commission du parlement régional.

"Nous n'en sommes qu'au tout début du processus. Cette décision doit encore être soumise au conseil d'administration d'Enodia, pour avis conforme, dans un délai de trente jours", a-t-il précisé sans vouloir en dire davantage sur le contenu de la proposition car "d'une part, le processus n'est pas définitif et, d'autre part, je ne suis pas encore saisi du dossier". "Je peux toutefois vous faire part de ma satisfaction de constater que l'on semble s'acheminer vers une issue", a ajouté Pierre-Yves Dermagne. Interrogé par plusieurs députés, ce dernier est par ailleurs revenu sur la décision du tribunal de l'entreprise de Liège de suspendre la vente de Voo au fonds américain Providence après le recours introduit par l'opérateur Orange qui estimait avoir été discriminé au moment de l'attribution du marché. A la suite de cette décision, Nethys avait annoncé la remise en vente de Voo sans débat préalable avec Enodia, sa maison-mère, ce qui avait agacé plusieurs de ses administrateurs. "Si l'on peut comprendre que Nethys se devait de commenter la décision de justice, je pense effectivement qu'il eut été préférable que l'annonce au sujet de l'arrêt de la Cour soit précédée d'une discussion avec Enodia", a estimé à ce sujet le ministre. "En tout état de cause, je le répète une nouvelle fois, qu'il s'agisse de la vente de VOO ou du pôle 'presse' de Nethys, seul le respect de la légalité et de l'intérêt général - qui n'est pas que l'intérêt de la région - peuvent commander l'initiative de l'autorité de tutelle", celle-ci ne pouvant se prononcer sur l'opportunité des décisions prises par une société, a-t-il conclu. (Belga)




 

Vos commentaires