En ce moment
 
 

Sophie Wilmès convoque un comité de concertation dimanche avec les experts: le conseil national de sécurité de jeudi sera peut-être avancé

 
 

La Première ministre Sophie Wilmès a annoncé vendredi qu'elle convoquait le comité de concertation dimanche afin d'examiner la situation sanitaire et son évolution dans chaque partie du pays.

Les experts, notamment régionaux, participeront à la réunion. En fonction des conclusions, la réunion du Conseil National de Sécurité, programmée jeudi, pourra être avancée. Le comité de concertation réunit les gouvernements fédéral, des Communautés et des Régions. 

La prochaine réunion doit normalement avoir lieu jeudi (le 23), mais, vu les chiffres récents faisant craindre une recrudescence de l'épidémie, M. Jambon estime que le CNS doit se réunir avant cette date. Le ministre-président a communiqué ce souhait à la presse vendredi, après un Conseil des ministres flamands. 

La Première ministre, Sophie Wilmès n'a pas attendu pour lui répondre. Dans un tweet, elle explique qu'elle réunira le Comité de concertation dimanche et qu'en fonction des conclusions, elle décidera d’avancer ou non le Conseil national de sécurité.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

La hausse du nombre de contaminations au coronavirus est source de "grands soucis" chez Jan Jambon. "Nous devons aborder les choses intelligemment et avec fermeté, mais ne pas paniquer. Nous avons tiré des leçons des mois précédents. Nous sommes convaincus d'être mieux armés aujourd'hui pour maitriser cette pandémie", ajoute le ministre-président flamand.

Le nationaliste en profite pour refaire un appel à la population: il faut être conscient de la "gravité de la situation" et continuer de respecter strictement les règles, avec la distanciation, le port du masque, les règles d'hygiène, etc. Certains "pensent que le pire est derrière nous", déplore-t-il. "Et certainement maintenant que c'est l'été, on a l'impression que tout le monde se fait un peu plus nonchalant". Selon M. Jambon, les ministres suivent la situation "minute par minute".




 

Vos commentaires