En ce moment
 
 

Analyse sur le rôle tenu par le Roi pendant la crise: "Toute sa famille était impliquée"

 
 

Notre invité de ce midi était l'historien Vincent Dujardin. Il revenait sur le rôle du roi pendant cette crise du coronavirus.

Olivier Schoonejans: Que retenir de la manière avec laquelle il a géré cette crise ?

Vincent Dujardin: Il a été aux côtés de la population en faisant toute une série d’activités pendant le confinement, mais aussi après pour encourager, ceux qui avaient été le plus impactés et qui avaient aussi le plus souffert de cette crise. Annuellement, le Roi assure 200 activités, 160 audiences officielles. Ici, il avait 40 activités pendant le confinement. Sur le terrain, auprès de ceux qui étaient le plus impacté. Après la crise des attentats, le Roi a dû assurer le même genre d’activités. Il s’était rendu à Vilvoorde et Borgerhout pour favoriser la cohésion de la société belge par sa présence dans des lieux nécessaires.

Olivier Schoonejans : Il n’était pas seul à traverser cette crise ?

Vincent Dujardin: Effectivement, il était accompagné de l'ensemble de sa famille qui est impliquée de plus en plus, avec une répartition des rôles aussi entre ses enfants. Les enfants grandissent et ils participent de plus en plus aux tâches de représentations qui sont celles du Roi. Parce que c'est vrai que quand on parle de gestion de la crise par le Roi, on ne doit pas oublier non plus que, au fond, c’est le politique qui devait gérer au quotidien les conséquences de cette crise, le Roi est dans son rôle d'être aux côtés de la population belge et de ceux qui comme, il le redit aussi dans son discours aujourd'hui, étaient les plus touchés.

Olivier Schoonejans: Il a également évoqué dans son discours la situation politique. Est-ce que le Roi a encore un rôle à jouer pour l'instant dans cette crise politique qui se trame depuis plus un?

Vincent Dujardin: C'est vrai que la crise politique qu'on connaît maintenant est sans doute la plus grave de l'Histoire politique belge. En terme de formation gouvernementale, on est à 600 jours presque sans gouvernement normal, qui puisse élaborer un budget qui est une compétence importante en matière de politique intérieure. Alors, quel est le rôle du roi là-dedans? Je dirais d'abord tenir compte bien sûr de l'arithmétique électorale et des souhaits des présidents de partis. C'est eux qui sont avant tout à la manoeuvre comme on le voit encore maintenant dans les partis qui veulent.

Olivier Schoonejans: Avec le Roi qui n'est pas à la manoeuvre pour l'instant?

Vincent Dujardin: Oui parce que le gouvernement n'est pas démissionnaire. On a un gouvernement de plein exercice donc le contraire serait problématique. Ici, il doit rester informé au cas où justement la situation ne peut pas se résoudre d'elle-même mais on sent que l'analyse du palais était de favoriser au fond la piste N-VA/PS qui est celle qui rebondit chaque fois après avoir épuisé les autres en jouant simplement un rôle de facilitateur en restant au-delà des partis politiques, au-delà des groupes linguistiques, pour en cas de besoin comme son père en 2007 pouvoir prendre un rôle tout à fait singulier d'initiateur, comme son père Albert 2 avait favorisé la mise en place d'un gouvernement provisoire. Ici, le rôle du Roi est celui d'un facilitateur en restant au-dessus des partis politiques, des groupes linguistiques en nommant les duos comme il l'a fait aussi au cours de la formation.




 

Vos commentaires