En ce moment
 
 

Alfred doit porter un masque par ces fortes chaleurs: "On est à bout de souffle, on respire à 50%"

 
 

Comme tous les matins, Alfred prépare sa terrasse. Il n'y a pas encore de clients. Mis sur le nez, le masque, il fait déjà 27 degrés et le soleil tape. Ces quelques jours avec une température au dessus des 30 degrés s'annoncent plus difficiles

"Vous voyez, on est déjà à bout de souffle. On respire à 50 %, je pense mais bon voilà, on n'y peut rien et puis, on respecte et on essaie et de respecter un maximum toutes les consignes de sécurité", témoigne Alfred.

Dans les restaurants, pour le personnel mais aussi dans les transports en commun, le masque est obligatoire. Alors lorsque les usagers sortent de cette station de métro, la réaction est toujours la même. On fait tomber le masque.

"Après maintenant, je vais au travail donc je vais devoir le porter toute la journée. Cela va être de nouveau chaud. Après, pour rentrer, il va falloir de nouveau le mettre. Dès que j' ai l'occasion, je l' enlève", explique un passant.

"Il faut avoir de la volonté et de la motivation pour qu'on ne puisse pas infecter certaines personne", commente un autre passant.

Etouffant, c' est peut-être ce qui est le plus compliqué à gérer.

"On fait une petite course et puis on reprend la voiture et on rentre. On ne s'attarde pas du tout", explique une dame.

Pour Javier, c'est le courage qui lui permet de tenir le coup. "On est motivé à travailler, on a eu un manque de communication avec les gens. Pendant trois mois, on n'avait pas eu ça. Donc, il y a pas de souci. Le courage est là, motivation est là. Et je pense que les gens ont besoin de discuter aussi un petit peu après le confinement", explique-t-il dans le RTLinfo13H.

La chaleur et le masque ne facilitent pas la vie et pourtant tous le portent aujourd'hui sans se plaindre dans l' espoir de ne plus jamais revivre ce qui vient de se produire.




 

Vos commentaires