En ce moment
 
 

Jean-François Willems tué après avoir défendu une jeune femme à Mons: Ahmed Smaili est reconnu coupable

Jean-François Willems tué après avoir défendu une jeune femme à Mons: Ahmed Smaili est reconnu coupable
© RTL INFO - Belga
 
 

Le jury de la cour d'assises du Hainaut a reconnu, jeudi, Ahmed Smaili coupable du meurtre de Jean-François Willems, commis sur la place Léopold à Mons, le 25 juin 2018. Le jeune montois a été mortellement blessé par huit coups de couteau visant la tête et le thorax. L'arme, le nombre de coups, la zone visée, la violence et l'acharnement dont a fait preuve l'accusé ont convaincu le jury.

Les jurés ont considéré qu'Ahmed Smaili a mis en oeuvre des moyens qui ne pouvaient que conduire à la mort de Jean-François Willems. Il a utilisé un couteau pour frapper la victime, à huit reprises, sur le haut du corps. Deux coups, portés au cou, ont été mortels. Jean-François Willems est décédé durant la nuit à l'hôpital.

Dans la foulée, le ministère public a requis une peine de 25 ans de réclusion criminelle, demandant de ne pas descendre sous 20 ans, ne retenant aucune circonstance atténuante en faveur du criminel. La défense, en revanche, a retenu seize circonstances atténuantes et a demandé aux jurés de ne pas avoir la main trop lourde avec l'étudiant en sciences politiques.

Quinze ans de prison

La cour d'assises du Hainaut a condamné jeudi Ahmed Smaili, aujourd'hui de 34 ans, à  une peine de 15 ans de prison. La cour a retenu des circonstances atténuantes à l'accusé: l'absence d'antécédents judiciaires et son adaptation sociale en Belgique.

Ahmed Smaili, un étudiant décrit comme brillant

Avant d'entamer les plaidoiries dans le cadre du procès d'Ahmed Smaili, la cour d'assises du Hainaut avait précédemment auditionné mercredi les derniers témoins de moralité. Plusieurs témoins étaient venus parler de l'accusé, un étudiant brillant mais aussi menteur et manipulateur selon certains.

Ahmed Smaili a grandi au Maroc et il est arrivé en Belgique, à Mons, en 2008, pour étudier les sciences politiques aux Fucam. Étudiant brillant, auteur d'un mémoire qui a attiré l'attention d'une entreprise allemande, l'accusé se débrouillait pour financer ses études. Il multipliait les petits boulots dans l'horeca mais il n'était pas très ponctuel. Certains ont déclaré qu'il était aussi menteur et manipulateur. Un couple avait été néanmoins surpris par sa persévérance et l'avait accueilli chez lui afin qu'il n'abandonne pas son rêve de décrocher son diplôme. Son maître de stage fut séduit par son intelligence alors que ses copains étudiants se souviennent d'un bon camarade, parfois un peu lourd quand il avait bu car il avait l'habitude de toujours répéter toujours la même chose, avec insistance.

Le jour des faits, Ahmed Smaili a bu une dizaine de bières fortes brassées en Wallonie et il s'est mis à draguer la serveuse du café la Table Ronde, situé sur la place Léopold à Mons, en face de la gare. Comme la jeune femme était très mal à l'aise, Jean-François Willems, qui se trouvait sur la terrasse du café voisin, le Léopold, a voulu la protéger. Lors d'une rixe, Ahmed lui a porté huit coups de couteau dont deux ont tranché la veine jugulaire gauche de la victime. Cette dernière est morte dans la nuit à l'hôpital. L'accusé assure qu'il n'a pas voulu tuer Jean-François. Sa défense plaidera les coups ayant entrainé la mort sans intention de la donner. Me Mayence, pour les parties civiles, plaidera dans la foulée.




 

Vos commentaires