En ce moment
 
 

39 morts à bord d'un camion en Angleterre - L'inaction pour les deux mineurs vietnamiens de passage à Anderlecht était concertée

 
 

(Belga) En réaction à des questions parlementaires posées au ministre de la Justice sur l'absence d'intervention pour deux mineurs vietnamiens qui avaient été conduits le 12 octobre 2019 en taxi dans une maison à Anderlecht, le parquet de Bruxelles a indiqué vendredi en fin de journée que la décision de ne pas intervenir immédiatement avait été prise en concertation avec les différents magistrats qui traitaient le dossier et les services de police.

Le ministère public néerlandais n'a pas expressément demandé au parquet de Bruxelles de ne pas effectuer une enquête, comme cela a pu être compris dans les réponses parlementaires formulées par le ministre. "Il y a bien eu un contact téléphonique entre le magistrat de service du parquet de Bruxelles et un officier de justice du parquet du Limbourg sur la question de savoir s'il existait des éléments suffisants afin d'effectuer une enquête immédiate sous le bénéfice de l'urgence", a indiqué avec précision vendredi le parquet de Bruxelles dans un communiqué. La décision de ne pas procéder à une intervention a été prise de manière concertée. Les deux jeunes migrants avaient été suivis par la police néerlandaise depuis les Pays-Bas. Leur localisation était en conséquence connue à ce moment de l'enquête. Le 23 octobre 2019, soit 11 jours plus tard, les deux jeunes comptaient parmi les 39 corps sans vie découverts dans un camion réfrigéré à Grays, une commune du comté anglais de l'Essex. Le conteneur en question était arrivé la veille, à 14h49, au port de Zeebrugge. Il avait quitté le port belge dans le courant de l'après-midi et était arrivé à Purfleet, en Angleterre, à 01h00 du matin. (Belga)




 

Vos commentaires