En ce moment
 
 

La Belgique compte de plus en plus de millionnaires: ils sont plus de 130.000

La Belgique compte de plus en plus de millionnaires: ils sont plus de 130.000
 
 

Plus de 130.000 millionnaires ont été recensés en Belgique l'an dernier. Cela représente une hausse de plus de 8%.

La Belgique comptait en 2019 plus de 132.000 millionnaires, disposant d'au moins un million de dollars d'actifs investissables (environ 882.000 euros), soit une progression de 8,5% en un an, selon le "Rapport sur la richesse mondiale" publié jeudi par le bureau de consultance Capgemini. Leur richesse s'évaluait à plus de 332 milliards de dollars, en croissance de 8,7% par rapport à 2018. Ces "particuliers fortunés", selon la terminologie utilisée par Capgemini, possédaient en moyenne 2,5 millions d'euros en 2019. Par rapport à 2012, leur nombre a crû en Belgique de plus de 60% et leur richesse de plus de 62%. Robert van der Eijk, managing director de Capgmini Invent Belux, a relevé, lors de la conférence de presse, que les actifs des Belges fortunés se composaient à 28% de cash. Les "investissements alternatifs" représentent 18% de leur fortune, l'immobilier 16%, les revenus fixes 17% et les actions 20%.

Le coronavirus devrait impacter les chiffres 

Au niveau global, la richesse et le nombre de particuliers fortunés ont également augmenté de près de 9%. L'Amérique du Nord et l'Europe affichent les progressions les plus importantes, dépassant pour la première fois depuis 2012 la région Asie-Pacifique. Ces données portent sur l'année 2019 et l'impact de la pandémie du coronavirus ne s'était pas encore fait ressentir. Capgemini estime la perte de richesse mondiale à 6 à 8% jusqu'à fin avril 2020, par rapport à la fin de l'année 2019. Le rapport porte sur 71 pays représentant plus de 98% du revenu national brut mondial et 99% de la capitalisation boursière mondiale.

Plus de 2.500 particuliers fortunés, soit qui possèdent au moins un million de dollars d'actifs investissables (hors résidence principale, objets de collection, consommables et biens de consommation durables) ont été interrogés entre janvier et février 2020.




 

Vos commentaires