Liesbeth Homans bloque la reconnaissance de mosquées en Flandre: "Nos lois se situent au-dessus de la sharia"

Liesbeth Homans bloque la reconnaissance de mosquées en Flandre:
Capture d'écran VTM

La ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans, a annoncé dimanche vouloir renforcer les critères pour la reconnaissance des communautés religieuses locales - comme les mosquées - en leur réclamant un "plan financier clair".

Invitée sur le plateau de la chaîne de télévision privée VTM, Liesbeth Homans (N-VA), compétente pour la reconnaissance des mosquées, a déclaré avoir envoyé 43 dossiers au ministre fédéral de la Justice, Koen Geens (CD&V), pour avis. Ce dernier a rendu un avis positif pour vingt mosquées. "Mais ce n'est qu'une feuille A4", a souligné Mme Homans.

Elle a ajouté qu'elle ne reconnaîtrait plus de mosquée sans un rapport détaillé, au cas par cas, de la Sureté de l'Etat. "Je ne veux pas de compromis avec la sécurité dans le climat actuel", a dit la ministre.

Elle a expliqué vouloir renforcer les critères de reconnaissance par deux mesures concrètes: le dépôt par chaque culte d'un plan financier clair, avec le détail des modes de financement et la signature d'un document confirmant l'adhésion à la Convention européenne des droits de l'homme. "Nos lois se situent au-dessus de la sharia, cela doit être très clair", a conclu Mme Homans. 

L'Arabie saoudite dément financer toute institution radicale

De son côté, l'Arabie saoudite a déclaré "condamner sous toutes ses formes le terrorisme, ses partisans et ceux qui le justifient", alors que le pays "combat depuis des années la radicalisation, l'extrémisme et le terrorisme", a affirmé la représentation de Ryad auprès de l'UE dans un communiqué diffusé à la veille d'une audition de représentants de la grande mosquée de Bruxelles par la commission d'enquête de la Chambre sur les attentats du 22 mars 2016.

"L'Arabie saoudite continuera de travailler en étroite collaboration avec ses partenaires internationaux pour éradiquer l'extrémisme", ajoute le texte.

"Les faits démontrent qu'en aucun cas le Royaume ne finance ni ne soutient aucune institution radicale en Belgique ou dans tout autre pays", souligne la mission saoudienne. Selon elle, "malgré les rumeurs et les récupérations politiques, et à l'issue d'une enquête menée l'année dernière, le gouvernement belge a constaté qu'aucun propos extrémiste n'était tenu à la Grande Mosquée de Bruxelles". "Cette constatation a été confirmée par les ministres belges de l'Intérieur et de la Justice, MM. Jan Jambon et Koen Geens, ainsi que par les services de sécurité belges, qui ont également noté que la mosquée et son financement étaient régulièrement contrôlés et vérifiés sans qu'aucune anomalie n'ait été détectée", poursuit la mission saoudienne auprès de l'UE.

Bekijk meer video's van VTM NIEUWS op nieuws.vtm.be


Vos commentaires